ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > Les auteurs > Frederic Praud

Frederic Praud

Après un parcours en sociologie à Nantes finalisé par DESS communication sociale à Bordeaux (1991), Frédéric Praud travaille comme journaliste dans diverses revues sociales. De l’écriture sociale à l’engagement social, Frederic Praud devient éducateur-animateur dans un foyer de jeunes adolescents pris en charge par l’aide sociale à l’enfance (1994-1999). La passion de l’écriture biographique auprès des aînés l’amènera à créer son activité d’écrivain public biographe, Paroles d’Hommes et de Femmes en 1999, activité s’adressant dans un premier temps aux familles mais se développant vers les résidences de retraites, hôpitaux, à la demande de ces structures.

> Les destinataires des récits étant naturellement les jeunes, l’écrivain public s’engage ensuite dans le développement de politiques intergénérationnelles pour des collectivités locales depuis 2001 et au sein de l’éducation nationale depuis 2003. Il travaille dans tout type de collectivité, Clic, mairies, notamment en banlieue où il met en relation les aînés et jeunes de quartier au sein de centres sociaux. Il crée le projet 100 témoins 100 écoles au sein de l’éducation nationale, démarche intergénérationnelle dont l’objet est de faire témoigner des migrants retraités sur leur parcours de migration à partir de l’écriture biographique. Le texte est le prétexte au développement de liens. La découverte de nouvelles cultures à travers la parole des aînés est source de lien social et d’action éducative quel que soit le lieu d’intervention.

Frédéric Praud répond également aux demandes traditionnelles des citoyens en demande d’aide à l’écriture administrative, familiale....

> Ecrivain Public, médiateur de citoyenneté...

> L’objectif de mon intervention dans tous ses lieux et sous toutes ses formes
est d’utiliser la mémoire recueillie pour créer du lien social. L’histoire individuelle et collective peut être une source d’animation actuelle et à venir, une source de création, une source de pédagogie. La mémoire des aînés peut permettre de construire l’avenir des jeunes si on leur donne la possibilité de créer des liens intergénérationnels directs, d’écouter et de
vivre le quotidien des personnes qui les ont précédées.

> Mon action vise à lier l’intérêt public du recueil de la mémoire, à l’intérêt
privé de la transmission de son histoire, de son vécu au sein de la cellule
familiale. Chaque histoire transmise est un outil supplémentaire pour que les jeunes puissent construire leur avenir.

> Une action sur la mémoire peut-être une source de lien social si elle est menée méthodologiquement avec l’ensemble des acteurs de la vie municipale de
chaque commune, acteurs du domaine des personnes âgées, acteurs de l’animation des foyers de jeunes, acteurs du système éducatif… L’ensemble de la démarche repose sur une nécessité de recueillir la mémoire des anciens et sur la volonté de travailler transversalement à l’animation trans-générationnelle d’une ville, d’un village, d’un pays.

> La mémoire est d’autant plus facile à transmettre et recueillir quand on redonne un rôle social de transmission d’expériences au témoin. Il entre dans et participe à une œuvre commune…

parolesdhommesetdefemmes@orange.fr

Envoyer un message