ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > MEMOIRES CROISÉES : La Mémoire source de lien social > Associations et Partenaires > Réseaux - anniversaires - commémorations > la Décolonisation - 1959-2009 - L’indépendance des colonies françaises > Nelson Mandela

Biographie

Nelson Mandela

vendredi 12 février 2010, par Frederic Praud

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela est le "plus grand homme" de la scène internationale selon les Français, les Allemands et les Britanniques interrogés par TNS pour la chaîne CNN.

Selon cette enquête réalisée parmi un échantillon représentatif d’environ 1.000 personnes en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne entre le 1er et le 13 juillet 2005, Nelson Mandela est considéré dans ces trois pays européens comme le "plus grand homme de la scène internationale" (35%).

La religieuse Mère Teresa arrive en deuxième position (30%), suivie du pape Jean Paul II (27%) et du chanteur irlandais Bob Geldof (5%).

Une enfance africaine : 1918-1927

C’est en plein hiver austral, le 18 juillet 1918, que naît Nelson Rolihlahla Mandela, fils de Gadla Henry Mphakanyiswa et de Noseki Fanny, et de ce fait membre de la maison royale des Thembus.

Son premier prénom, il le doit à son père et à la passion que celui-ci voue à l’amiral anglais vainqueur des marines française et espagnole à Trafalgar. Son second, il le tient de la tradition xhosa (1). "Tirer la branche d’un arbre ", en est la traduction à la lettre. " Celui qui crée des problèmes ", en est la traduction dans l’esprit.

De là à penser que le baptême indique d’ores et déjà au nouveau né le chemin à suivre, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir...
Surtout en cette année 1918, surtout à Mvezo, petit village traditionnel de la région rurale du Transkeï. La rivière Mbashe à quelques mètres du " kraal " (le village familial) fait office de frontière. Umtata, la capitale provinciale située à quelques dizaines de kilomètres de là, figure l’au-delà d’une limite qu’on ne franchit presque jamais.
Quant à Johannesburg, the " Big city ", c’est déjà la planète Mars. Ne parlons même pas de Versailles, même si cette année-là, s’y tient un Congrès de la paix suivant de peu la fin de la Première Guerre mondiale, même si une délégation de l’ANC s’y rend pour attirer l’attention de la communauté internationale sur le sort des Africains d’Afrique du Sud. La communauté internationale avait bien autre chose à faire. Mvezo aussi.
C’est donc l’insouciance et la tradition qui accompagnent le petit Nelson dans son enfance. · peine le tranquille cours de la vie est-il légèrement troublé par un déménagement forcé.

Pour avoir défié les autorités tribales à propos d’un banal vol de bouf, le père de Nelson Mandela, homme " fier et révolté, avec un sens obstiné de la justice " (2), se voit privé de sa fortune et de son titre. Sans fortune ni statut, la famille prend donc la direction du village voisin de Qunu, où elle peut bénéficier du soutien d’amis et de parents. " J’y ai passé les années les plus heureuses de mon enfance et mes premiers souvenirs datent de là ", a répété tout au long de sa vie, et encore aujourd’hui, Rolihlahla.
Dans le veld (la savane), le petit garçon garde moutons et veaux dans les prés ; se bagarre avec les autres garçons ; fait la récolte du miel sauvage, des fruits et des racines comestibles ; boit du lait chaud et sucré directement au pis de la vache ; nage dans les ruisseaux clairs et froids. Insouciance et tradition...

Une enfance royale : 1927-1934

Jusqu’à une nuit de 1927. Son père meurt. " Sa mort changea toute ma vie. " Jongintaba Dalindyebo, régent du peuple thembu, propose de devenir le tuteur de l’enfant. · neuf ans, la résidence royale qui trône à Mqhekezweni, capitale provisoire du Thembuland, devient donc la nouvelle demeure de Nelson Mandela. En guise d’adieu, sa mère lui dit simplement : " Uqinisufokotho, kwedini ! " (Sois courageux, mon fils !).
Tout compte fait, du courage, il ne lui en faudra pas beaucoup pour se rendre dans la seule classe de l’école, près du palais, apprendre l’anglais, le xhosa, l’histoire et la géographie ; pour s’amuser avec ses frères et sours adoptifs : Justice, le premier héros du jeune garçon, et Nomafu. C’est à cette époque, que ses proches commencent à l’appeler " Tatomkhulu " (ce qui signifie " grand-père ") en raison de sa ressemblance avec un vieil homme lorsqu’il était sérieux. Longtemps, bien longtemps après, le monde entier s’étonnera qu’un homme, après vingt-sept années de prisons, ait gardé un visage si juvénile, surtout lorsqu’il ne fait pas le sérieux.

Une formation d’" Anglais noir " : 1934-1941
En attendant, le régent estime qu’il est l’heure pour son fils de devenir un homme. Dans la tradition xhosa, cela prend la forme de la circoncision. " Un Xhosa non circoncis est une contradiction dans les termes, car il n’est pas du tout considéré comme un homme mais comme un enfant. "

Janvier 1934, Nelson Mandela devient un homme... mais pas tout à fait comme les autres Xhosas puisque son destin était de devenir conseiller du futur roi Sabata. " Tu n’es pas fait pour passer ta vie à travailler dans les mines d’or de l’homme blanc sans savoir écrire ton nom ", ne cesse de lui répéter le régent avant de l’envoyer au collège de Clarkebury, digne institution anglaise et meilleur établissement pour Africains du Thembuland.
L’élève appliqué et doué d’une excellente mémoire décroche son brevet en deux ans au lieu des trois prévus. Ce qui l’amène, en 1937, au lycée de Fort Beaufort, où il retrouve son frère Justice.

Dans son autobiographie, Nelson Mandela reviendra assez sévèrement sur cette période : " Nous aspirions à devenir des " Anglais noirs ", comme on nous appelait parfois par dérision. On nous enseignait - et nous en étions persuadés - que les meilleures idées étaient les idées anglaises, que le meilleur gouvernement était le gouvernement anglais et que les meilleurs des hommes étaient anglais ".

Mais, à l’époque, le jeune Mandela ne se doute pas de ce que pensera le vieux Mandela et s’applique à devenir un bon " Anglais noir ", à tel point qu’il est nommé " préfet " (élève responsable de la discipline). Pas à pas, il grimpe dans cette échelle sociale si particulière, et touche le sommet en entrant, en février 1938, à l’Université de Fort Hare, le Cambridge des Noirs d’Afrique du Sud, qui ne compte que 150 (mal)heureux élus.
L’anglais, l’anthropologie, la politique, l’administration indigène, le droit hollandais sont au programme. L’objectif de l’Université est clair : former les futurs cadres politiques, administratifs et religieux des Etats noirs que les pouvoirs blancs tentent de créer afin d’y parquer la population " indigène " non productive et faire des ouvriers des travailleurs immigrés dans l’Afrique du Sud blanche.

Fort Hare constitue une révélation. Ou plutôt plusieurs révélations à la fois. Quelle révélation en effet pour ce jeune homme certes déjà robuste, mais encore mal dégrossi de sa formation rurale et royale, de toucher au fin du fin de l’âme humaine : le raffinement intellectuel et social british. Et celle d’entrer en contact avec des étudiants appartenant à d’autres groupes que les Xhosa et de commencer " à penser au-delà des seules conceptions ethniques ".

Que dire alors de cette première bataille (gagnée) contre l’autorité, à propos de la composition du comité de résidence. Episode a priori peu fondamental dans la vie d’un homme mais qui lui fit prendre conscience " du pouvoir dont on disposait quand on avait le droit et la justice de son côté ". Et enfin, révélation des révélations, peut-être : l’appartenance à l’ANC d’un de ses collègues, Nyathi, qui se fait remarquer par ses propos vifs tenus à l’encontre du premier ministre de l’époque, Jan Smuts, venu visiter l’Université.

Est-ce le vertige des révélations en cascade ? L’effet d’une subite prise de conscience ? Les deux, mon capitaine ? Aucun des deux, mon général ? Allez savoir (le sait-il lui-même ?) [...] En tout état de cause, voilà que Nelson Rolihlahla Mandela, fils de Gadla Henry Mphakanyiswa et de Noseki Fanny, et de ce fait membre de la maison royale des Thembus, se révolte.

Désigné pour siéger au conseil représentatif des étudiants, il demande au préalable un renforcement des pouvoirs de cet organisme, le plus élevé de Fort Hare, et décide de boycotter le scrutin si l’administration ne donne pas suite à cette revendication.
L’administration fait la sourde oreille. Les élèves boycottent. Les candidats présentent leur démission collective. L’administration organise une nouvelle élection. Même résultat... Mais, sous la pression, tous refusent cette fois-ci de démissionner sauf... Mandela.
Le principal de Fort Hare lui demande de revoir sa position. Il refuse. Le gong des vacances sauve l’étudiant Mandela qui devra livrer une réponse définitive à la rentrée. Il ne la donnera jamais.
Car, entre temps, le retour à Mqhekezweni est amer. Convoqué avec Justice par le régent qui leur annonce : " J’ai arrangé des mariages pour vous deux. ". Les deux jeunes hommes ne disent mot, bouclent leurs valises, et le soir tombé, s’enfuient.

Nelson Mandela s’en expliquera plus tard : " · cette époque, j’avais des idées plus avancées sur le plan social que sur le plan politique. Alors que je n’aurais pas envisagé de lutter contre le système politique des Blancs, j’étais prêt à me révolter contre le système social de mon propre peuple. ". Bientôt, les choses seront inversées...

L’éveil à la politique : 1941-1944.
A quoi servirait une fuite si elle n’était extrême ? Dès lors, rien de tel que la planète Mars, c’est-à-dire Johannesburg, ou eGoli, la cité de l’or. Voyage de nuit, arrivée à l’aube. Les bureaux de Crown Mines constituent la première étape des deux fugueurs.
Uniforme, paire de bottes neuves, casque, lampe de poche, sifflet et knobkerrie (long bâton) : Mandela devient veilleur de nuit... pour une journée, le temps pour le régent de retrouver leurs traces et de les faire renvoyer.

De proche en proche, Nelson Mandela atterrit chez un homme trentenaire, originaire du Transkeï comme lui, qui dirigeait une agence immobilière spécialisée dans les propriétés pour Africains : Walter Sisulu. Première rencontre entre deux hommes qui ne se quitteront plus.
Sisulu le fait engager comme stagiaire par l’avocat Lazar Sidelsky, activité qu’il marie avec la poursuite de ses études pour obtenir une licence de droit.
Il fait rapidement la connaissance de Gaur Radebe et de Nat Bregman, tous deux membres de l’ANC et du Parti communiste sud-africain (SACP), qui l’invitent dans de nombreuses soirées où se côtoient Blancs, Noirs, Indiens, Métis ; où s’échangent toutes les idées que la gauche africaine compte ; où se préparent des lendemains fraternels. Nelson Mandela connaît sa deuxième circoncision - politique, celle-ci - et pénètre petit à petit dans le monde anti-apartheid.

Quand devient-il un " combattant pour la liberté " ? Lui-même se refuse à répondre : " Je suis incapable d’indiquer exactement le moment où je suis devenu politisé, le moment où j’ai su que je consacrerais ma vie à la lutte de libération.
Òtre Africain en Afrique du Sud signifie qu’on est politisé à l’instant de sa naissance, qu’on le sache ou non. Un enfant africain naît dans un hôpital réservé aux Africains, il rentre chez lui dans un bus réservé aux Africains, il vit dans un quartier réservé aux Africains, et il va dans une école réservée aux Africains, si toutefois il va à l’école.

Quand il grandit, il ne peut occuper qu’un emploi réservé aux Africains, louer une maison dans une township réservé aux Africains, voyager dans des trains réservés aux Africains et on peut l’arrêter à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit pour lui donner l’ordre de présenter un pass, et s’il ne peut pas, on le jette en prison. Sa vie est circonscrite par les lois et les règlements racistes qui mutilent son développement, affaiblissent ses possibilités et étouffent sa vie.

Je n’ai jamais connu d’instant exceptionnel, pas de révélation, pas de moment de vérité, mais l’accumulation régulière de milliers d’affronts, de milliers d’humiliations, de milliers d’instants oubliés, a créé en moi une colère, un esprit de révolte, le désir de combattre le système qui emprisonnait mon peuple. Il n’y a pas eu de jour particulier où j’aurai dit : à partir de maintenant, je vais me consacrer à la libération de mon peuple ; à la place je me suis simplement retrouvé en train de le faire sans pouvoir m’en empêcher.

Naissance d’un militant : 1944-1952.
Voilà comment, sans pouvoir s’en empêcher, il participe à sa première manif en août 1943 contre l’augmentation des tarifs de bus (" De façon modeste, j’avais quitté mon rôle d’observateur pour devenir participant ") ; comment il s’" abonne " à la maison de Walter Sisulu, " La Mecque des militants et des membres de l’ANC " ; comment il participe à la création de la Ligue de la jeunesse un dimanche de Pâques 1944 en compagnie notamment de Sisulu, Oliver Tambo et Anton Lembede ; comment il renoue avec les principes fondateurs de l’ANC contre les maîtres de l’organisation devenus des barons amorphes ; comment il accepte sa première responsabilité à l’ANC - membre du Comité exécutif de l’ANC du Transvaal - en 1947...

Malgré son engagement croissant, Nelson Mandela trouve le temps de tromper sa femme - la politique - pour épouser une maîtresse, Evelyn Mase, déménager au 8115, Orlando West à Soweto ; et avoir deux enfants : un fils Madiba Thembekile, et une fille Makaziwe.
Vient alors 1948, l’année horrible. · la surprise générale, le Parti national remporte les élections blanches, sur la peur du " Swart Gevaar " (le " péril noir ") et sur son programme : " Die kaffer op sy plek " (" Le nègre à sa place "). Le premier ministre, un ancien pasteur de l’Eglise réformée hollandaise, le Dr Daniel Malan, construit immédiatement, brique par brique, loi par loi, le mur du " grand apartheid " (en opposition à l’" apartheid mesquin " qui prévalait jusque-là).

Face à cette terrible entreprise, les " jeunes loups " de l’ANC veulent transformer le mouvement en véritable organisation de masse. En 1949, ils prennent le pouvoir.
Walter Sisulu est élu secrétaire général. Oliver Tambo et Nelson Mandela deviennent membre de la direction nationale. Le 26 juin 1950, l’ANC organise une journée de protestation contre l’assassinat de dix-huit Africains le 1er mai et contre le vote de la loi sur l’interdiction du communisme. Pourtant, Mandela et les siens refusent toujours une alliance quelconque avec les communistes. Méfiance. Peur. Méconnaissance.

Moses Kotane, secrétaire général du Parti communiste sud-africain (SACP) ne cesse de lui poser la question : " Nelson, qu’est-ce que tu as contre nous ? Nous combattons le même ennemi. " " · la fin, je n’avais plus de réponses satisfaisantes à opposer à ses arguments ", avoue Mandela. Le barrage cède.
Le SACP deviendra un partenaire de l’ANC, modifiant le rapport des forces en Afrique du Sud. Mais Mandela aime, peut-être par-dessus tout, connaître les autres. " J’ai acheté les ouvres complètes de Marx et d’Engels, de Lénine, de Staline, de Mao Zedong et d’autres, et j’ai exploré la philosophie du matérialisme historique et dialectique. J’avais peu de temps pour étudier correctement. Le Manifeste du parti communiste m’a stimulé, mais le Capital m’a épuisé. ".

En 1952, la campagne de défi (non-respect des lois d’apartheid) qui dure plusieurs mois, rencontre un énorme succès. · tel point que le 30 juillet 1952, Mandela est arrêté par la police. Il est condamné, avec d’autres camarades, à neuf mois de travaux forcés, mais la sentence reste suspendue pendant deux ans. Nelson Mandela devient dangereux pour le pouvoir. C’est bon signe. La lutte a changé d’échelle. Elle changera d’époque avec le " Plan M " puis avec l’adoption de la Charte de la liberté.

M comme Mandela : 1952-1962.
Le " Plan M " pour Mandela. Devenu l’un des quatre vice-présidents de l’ANC en 1952, Nelson Mandela est chargé secrètement de préparer un plan permettant à l’organisation de travailler clandestinement.
Le noyau dirigeant se prépare déjà à l’éventualité d’une interdiction, donc d’un travail clandestin, mais pas encore de la lutte armée.

1952 toujours. " Mandela et Tambo ". Dans Chancellor House, face au tribunal de Johannesburg, les deux amis ouvrent le premier cabinet d’avocats noirs. Le gouvernement n’aura de cesse de multiplier les obstacles à l’exercice de leur profession, sans toutefois en faire sa priorité puisqu’il a plus important à faire : raser Sophiatown, la township rebelle de la banlieue de Jo’burg. Malgré la résistance de la population, Sophiatown sera rayée de la carte le 9 février 1955. Mais ses habitants emporteront avec eux leur révolte dans leur nouvelle ville, baptisée d’après son emplacement géographique : South West Townships : Soweto.

Pour Mandela, c’est la preuve que la résistance pacifique a montré ses limites. La preuve aussi de son sens de l’anticipation. Dès 1953, en effet, il affirme que le temps de la résistance passive est terminé, la non-violence est une stratégie vaine, elle ne renversera jamais une minorité.
La direction réprimande sévèrement l’impétrant qui s’excuse pour ses propos déplacés et... demande à Walter Sisulu, en partance pour le Festival de la jeunesse et des étudiants pour la paix à Bucarest, d’aller en Chine et d’y évoquer avec les dirigeants l’acheminement d’armes.

Les 25 et 26 juin 1955, à Kliptown, l’ANC adopte la Charte de la liberté, véritable manifeste politique au long cours. Pour la première fois, l’organisation ne se contente pas de critiquer les lois d’apartheid, mais propose l’avènement d’une Afrique du Sud démocratique et non-raciale. Autre visée. Autre portée. Autre réaction du pouvoir.

" Mandela, nous avons un mandat d’arrêt. Suivez-moi ! " Nelson Mandela regarde le mandat. Son sang se glace à la lecture d’un mot : " Hoogverraad ", haute trahison. Il est passible de la peine de mort. Nous sommes le 5 décembre 1955. Le jour se lève sur Soweto. Quatre-vingt-onze autres membres de l’ANC sont accusés. Le procès de la trahison débute.
Il s’achèvera le 29 mars 1961. Mandela sera de toutes les audiences... sauf une. Le 14 juin 1958, il se marie avec Nomzamo Winnifred Madikizela. Le père de cette dernière l’avait pourtant prévenue : " Mais tu épouses un gibier de potence. " Cette même année, le Parti national se voit reconduit au pouvoir.

Le 21 mars 1960, c’est le massacre de Sharpeville. Dans cette petite township à 50 kilomètres au sud de Johannesburg, la police ouvre le feu contre des manifestants. Bilan : soixante-neuf morts. La communauté internationale condamne et certains pays adoptent des sanctions.

Le procès de la trahison tourne à la démonstration de la part des accusés. Le tribunal de Pretoria devient une sorte de tribune permanente pour l’ANC. Les avocats de la défense tournent plus d’une fois les procureurs en ridicule. La presse internationale s’en fait l’écho. Le pouvoir préfère arrêter les frais. Le 29 mars 1961, le juge Rumpff conclut : " Les accusés sont déclarés non coupables et acquittés. ".
Nelson Mandela sort libre du tribunal mais entre immédiatement dans la clandestinité.

En juin 1961, l’ANC tient une réunion secrète, l’une des plus importantes de son histoire. Sur proposition de Mandela, et après des heures de débat houleux, le mouvement anti-apartheid décide de se lancer dans la lutte armée en créant une organisation militaire. Son nom : Umkhonto we Sizwe (la lance de la nation). Son chef : Nelson Mandela. Son siège : la ferme de Liliesleaf, à Rivonia, " une banlieue bucolique au nord de Johannesburg ". C’est là que Mandela lit De la guerre de von Clausewitz, la Révolte de Menahem Begin ; qu’il se documente sur les armées de guérilla du Kenya, d’Algérie et du Cameroun avant de se rendre sur place au cours de l’année 1962 ; qu’il met au point des explosifs ; de là qu’il dirige les premières opérations armées.
C’est là que le " Black Pimpernel " (le mouron noir) est de nouveau arrêté par la police, le 5 août 1963, suite à la dénonciation de voisins. Il a quarante-quatre ans. Il ne ressortira de prison que vingt-sept ans et cent quatre-vingt-dix jours plus tard. Au cours du procès de Rivonia, Mandela, dans un prétoire glacé et silencieux, fait une déclaration retentissante et historique, véritable manifeste pour les siens ; son testament, espère le régime raciste.

" Au cours de ma vie, je me suis entièrement consacré à la lutte du peuple africain. J’ai lutté contre la domination blanche, et j’ai lutté contre la domination noire. Mon idéal le plus cher a été celui d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie et avec des chances égales. J’espère vivre assez longtemps pour l’atteindre. Mais si cela est nécessaire, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. " Le 11 février 1990, à peine libéré de prison, au balcon de l’hôtel de ville du Cap, ses premiers mots d’homme libre seront les mêmes, exactement les mêmes.

Un homme libre en prison : 1963-1982.
" Aller à Robben Island équivalait à passer dans un autre pays. " Un autre pays où " chaque jour est semblable à la veille ; chaque semaine ressemble à la précédente, et les mois et les années finissent par se mélanger ".
Entre deux travaux forcés - couture de vieux pull-overs, cassage de pierres - Mandela s’efforce de construire son propre calendrier rythmé par les rares visites de Winnie ; la construction d’une amitié avec un gardien, James Gregory (3) ; les discussions politiques avec ses codétenus, et surtout le maintien du contact avec l’extérieur, grâce à l’aide d’un prisonnier de droit commun surnommé Joe my Baby, qui fait entrer et sortir en fraude des messages de la prison.
" Nous considérions la lutte en prison comme une version réduite de la lutte dans le monde. " Alors, forcément le moral épouse la " vie du dehors " avec ses moments sombres - le démantèlement de l’ANC et l’indifférence de la communauté internationale dans les années soixante - ; ceux un peu plus lumineux - la révolte de Soweto en 1976, puis l’embrasement généralisé des townships dans les années quatre-vingt. En prison, Nelson Mandela continue son combat pour la liberté.

Parler avec l’ennemi : 1982-1990.
" Mandela, je veux que vous rangiez vos affaires. ". " Pourquoi ? ". " Nous vous transférons. ". " Où ? ". " Je ne peux pas le dire. ".

En mars 1982, Nelson Mandela est transféré à la prison de Pollsmoor et bénéficie d’un " régime de faveur ". Il devine la stratégie du pouvoir, qui devient claire le 31 janvier 1985. Ce jour-là, P. W. Botha, le premier ministre, propose de libérer le plus vieux détenu politique du monde s’il rejette " de façon inconditionnelle la violence politique ".
Le détenu matricule 466/64 refuse, puis sentant la faiblesse du pouvoir, écrit à Kobie Coetsee, ministre de la Justice, pour lui proposer " des pourparlers à propos des pourparlers ". Après de multiples relances, il finit par accepter. Les réunions se multiplient alors, au cours desquelles les ennemis se jaugent et se jugent, apprennent à se connaître. Les " pourparlers " durent des années, et s’accélèrent avec le " putsch " des dirigeants éclairés du Parti national, emmenés par Frederik de Klerk.

Nelson Mandela a pris la décision d’engager des négociations avec le pouvoir seul, il les mène seul, il les assume seul. Le 11 février 1990, il est libéré. Son premier geste : lever le poing en signe de victoire. " Madiba " (du nom de son clan xhosa) sait qu’il a gagné son pari.

Monsieur le Président : 1990-1999.
Pour tout le monde, c’est un chef d’Etat qui revient à la liberté. Dans les esprits, il est déjà président. Et c’est en tant que tel qu’il mène les négociations ouvertes avec le NP de Frederik de Klerk et négocie la sortie de l’apartheid. Les 27 et 28 avril 1994, pour la première fois de leur histoire, tous les Sud Africains sont appelés à voter pour leur président. L’ANC est plébiscité (65 %). " Mandela for President. ".

Un président qui sillonne le pays pour appeler à la réconciliation et à la constitution d’une nation arc-en-ciel. Un président qui, avant de quitter la scène, effectue un tour du monde afin de remercier ceux qui ont soutenu dans la lutte anti-apartheid, y compris pendant les heures les plus dures. Mandela s’en va.
Il retourne vivre à Qunu. Comme on dit dans son village, " Rolihlahla n’a jamais été un tshipa ", (une personne qui oublie ses racines). La parole à l’écrivain sud-africain Breyten Breytenbach : " Un vieil homme quitte la prison. Il y était entré comme militant, c’est un mythe qui en ressort. Il se fait du souci pour sa prostate, pour ses notes. Un horizon s’illumine, il apporte l’espoir, et il n’a jamais connu le monde, ni la douce caresse de journées vides sous les nuages qui passent.
Si cela est arrivé, il ne s’en souvient plus. Peut-être que maintenant notre obscur passage sur la terre a un peu plus de sens. Il a maintenant ensemble l’âme et le corps, avec orgueil et l’impossibilité de l’amour. Il réussira. Il échouera. Il vit Il mourra. Nelson Mandela ouvre une porte. ".

Ainsi a vécu Nelson Rolihlahla Mandela, fils de Gadla Henry Mphakanyiswa et de Noseki Fanny, membre de la maison royale des Thembus, et premier président d’une Afrique du Sud démocratique.
Il ne se représente pas à l’élection présidentielle de juin 1999, qui voit la victoire de son "dauphin" Thabo Mbeki.

Christophe Deroubaix.

(1) Le peuple xhosa est l’un des plus importants d’Afrique du Sud avec les Zoulous.
(2) In Un long chemin vers la liberté. Nelson Mandela. Editions Fayard. 658 pages.
(3) Chaque Noël, Nelson Mandela rend visite à son ancien gardien.


Voir en ligne : la bande dessinée "les migrants"

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.