ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > Education , 100 TEMOINS 100 ECOLES : La Mémoire source d’action (...) > Textes et mots d’élèves > Lycée Joliot Curie Hirson > Lettres à Georges Szumanski

année scolaire 2011/2012

Lettres à Georges Szumanski

polonais résistant

mardi 24 janvier 2012, par Frederic Praud

Quand un résistant polonais, membre de l’AK rencontre les élèves de Hirson... courrier des élèves pour mr Szumanski


« Ils sont tous les deux étrangers mais n’ont pas la même couleur de peau ni la même histoire de vie. »

Deux figures complémentaires : Messieurs Titus et Szumanski.

Les élèves le soulignent à l’unisson, les deux interventions mettent en valeur « un contexte complétement différent ». Dans les deux cas, il s’agit d’un « voyage », or celui de M. Szumanski semble « beaucoup plus précipité et violent que celui de M. Titus » car en effet, « M. Titus a plus parlé de sa vie alors que M. Szumanski a parlé de la guerre, de ses impressions, de ses opinions à propos de celle-ci. » Quoi qu’il en soit, le « passé de M.Titus est moins choquant mais tout aussi intéressant. » Un élève en particulier synthétise bien à mon sens, les deux interventions : « les causes de leur migration sont tout à fait différentes. La cause de la migration de l’intervenant polonais est beaucoup plus « sérieuse » que celle de M. Titus. L’ambiance lors des 2 interventions était totalement différente aussi, M. Titus racontait sa vie, des anecdotes avec amusement tandis que l’intervenant polonais racontait son histoire très sérieusement, on sentait que ce qu’il nous disait lui tenait énormément a cœur et que c’était très important et sérieux pour lui et malgré son âge il tient vraiment à ça et à nous communiquer tout ça.Nous avons eu la chance d’avoir le témoignage d’un homme qui a été au cœur de la guerre avec la peur, l’angoisse, la misère de son pays. » Et « les horreurs vues », rajoute un autre élève.

De l’image abstraite à l’expérience concrète du témoin :

Les élèves font facilement le lien entre la vidéo « Varsovie n’oubliera pas » et le témoignage de M. Szumanski : « M. Szumanski a vécu ce que la vidéo a montré », « la vidéo nous montre les dégâts expliqués par M.Szumanski. » Pourtant, le lien entre les deux supports de l’information (vidéo et témoignage direct) va au-delà d’une simple illustration : « C’est la même histoire, ce qui est montré en vidéo, c’est ce qui s’est réellement passé, mais l’intervenant a approfondi des éléments qui l’ont marqué et que le documentaire ne montre pas. » M. Szumanski nous a apporté un complément d’information car « il nous a raconté que des juifs se cachaient sous les décombres, il nous a dit que c’était la « dèche », là-bas, qu’ils manquaient de nourriture », ce que la vidéo ne montre pas.) L’intervention de M.Szumanski permet de se figurer les événements, peut-être mieux qu’avec le film : « même sans avoir vu la vidéo on s’imaginait très bien ce qu’il se passait » mais celui-ci a le mérite de montrer « l’insouciance et la joie de vivre de la population avant et après. » Mais les images et les mots restent très forts et certains ont eu besoin de communiquer leur impression : « Les dégâts, les milliers de morts, les nazis qui n’ont pas de pitié, la tristesse… les bombardements, les villes complétement détruites. Je ressens la même chose : le dégoût et la tristesse. »

« Plus jamais ça ! »

Un message de tolérance et de citoyenneté.

Les élèves l’ont bien compris, M. Szumanski a à cœur de rappeler l’importance du vote aux élèves qui sont les électeurs de demain : son message est donc qu’il faut « qu’on vote sans prendre à la légère les conséquences que cela pourrait provoquer. » Il faut en tout cas « profiter de la liberté et des droits que nous avons », « il faut surtout veiller à être de bons citoyens afin que ce qu’il a vu ne se reproduise pas. »
Au-delà de la question du vote, l’importance de la tolérance prônée par l’intervenant a très bien été perçue : « on est tous pareils, qu’on soit polonais, juif ou français. », « il ne faut pas juger les personnes s’ils ont une autre religion parce qu’à cause de cela des guerres ont éclaté. » M. Szumanski prône la « tolérance des religions et des races pour ne pas reproduire les erreurs passées », « il veut que personne d’autre ne vive ce qu’il a vécu. »
L’intervention de M. Szumanski tient également du devoir de mémoire, mémoire des événements bien sûr mais aussi mémoire de son implication dans la résistance : « Il était fier d’être résistant et ne le regrette pas. » En venant voir les élèves, il voulait « montrer comment ils se sont battus pour rester libres et ne pas oublier de toujours garder en mémoire ce qu’il s’est passé. » « Il nous a alertés sur le danger du totalitarisme, il a voulu nous marquer avec son histoire pour qu’on puisse lutter contre ces choses-là. » Son but était également de « nous faire ressentir l’horreur de la guerre et faire prospérer un monde meilleur et sans guerre pour les années à venir. »

« A cet âge, peu sont capables de ce qu’il a fait »

La démarche de notre intervenant a été largement saluée car les élèves ont su prendre conscience du caractère exceptionnel de cette rencontre. : « Malgré son âge, il veut absolument nous raconter son histoire, nous communiquer des choses importantes et essentielles de la vie. Il est heureux d’être là pour nous parler et malgré les choses atroces qu’il a vécues, il nous dit tout, comme si c’était naturel, même si au fond de lui, ça doit le blesser. » « J’ai aimé le fait que même à 87 ans il vienne nous raconter cette histoire qui pourrait lui faire revivre de mauvais souvenirs. » Son « dynamisme » et sa « détermination » ont également touché les élèves qui le voient comme un homme « très courageux durant sa vie et qui n’a reculé devant rien. » Ce témoignage est précieux pour des élèves qui ne peuvent qu’imaginer ce que c’est que de vivre la guerre : « Il tient à nous transmettre ses sentiments et ses souvenirs, à nous qui n’avons pas d’opinion ou de ressenti car nous ne connaissons pas l’horreur de la guerre. » Les élèves ont également apprécié l’authenticité du témoignage : «  Il sait de quoi il parle, il nous a fait part de beaucoup d’émotion en nous expliquant que la haine n’est pas une bonne chose. » Ils ont été impressionnés par le fait que M. Szumanski « aujourd’hui n’a plus de haine contre les allemands car après tout ce qu’il a vécu, c’est quand même dur de passer outre, d’oublier cela. » Les élèves ont bien compris ce qu’il leur a raconté, simplement, l’incompréhension est ailleurs : « j’ai tout compris, pour moi tout est clair, mais ce que je ne comprends pas c’est que ce n’est pas normal, tout ce qui s’est passé… Je ne comprends pas pourquoi les nazis étaient sans pitié et aussi méchants avec tant de personnes... »

Des questions à M. Szumanski :

- Pourquoi ne pas avoir changé de pays dès que la guerre a éclaté ?
- Avez-vous perdu de la famille pendant l’insurrection ?
- Pourquoi vous être accroché à des idées en rentrant dans la résistance et en « laissant » votre famille derrière vous ?
- Quel effet cela faisait-il d’utiliser des armes à 17 ans ?
- Avez-vous été confronté à la possibilité de tuer quelqu’un ? Qu’avez-vous ressenti alors ?
- Avez-vous eu des moments ou vous vouliez tout arrêter ? Qu’est-ce qui vous poussait à continuer ?
- Comment la résistance se procurait-elle les munitions ?
- Est-ce que ça a été dur de passer à autre chose après la fin de la guerre ?
- Avez-vous bien vécu votre intégration en France ? Pourquoi êtes-vous allé en France et pas ailleurs ?
- Vous reste-t-il des séquelles de la guerre ?
- Comment réagissez-vous lorsque vous entendez parler d’actes antisémites perpétrés par des néonazis ?
- Si vous deviez revivre votre histoire, qu’y changeriez-vous ?

« Pour la liberté »

« La volonté de ne pas se laisser faire »

Les élèves n’ont jamais été confrontés à une situation telle que celle vécue par M. Szumanski. Cela ne les empêche pas d’avoir leur propre conception de la résistance. Pour eux son succès repose avant tout une affaire de pratique et d’entraînement menée dans une ambiance de camaraderie. Ils citent « leur nombre, leurs stratégies et leur volonté », « un bon entrainement sur le terrain, une bonne coopération lors des missions et surtout de la confiance entre partenaires. » Cette confiance était en effet nécessaire car lorsqu’on était résistant, il fallait « n’en parler à personne et laisser sa famille hors de tout cela. » Selon les élèves, le succès de la résistance était aussi une question de mental, en effet : « il fallait être prêt à risquer sa vie. » Tous visaient « la réussite mais le fait de résister en lui-même est déjà grand. » « L’envie d’être libre à nouveau » était un moteur, « ils avaient tellement envie de défendre leur pays qu’ils trouvaient du courage. »

« Etre résistant relève des opinions et de la personnalité de chacun. »

Lorsqu’on demande aux élèves s’il « fallait » être résistant à l’époque où si l’on pouvait comprendre ceux qui avaient fait le choix de collaborer, ils répondent après mûre réflexion : « Je pense qu’il fallait être résistant car le monde où voulaient vivre les nazis est invivable. Mais le fait de ne pas vouloir perdre des proches pouvait pousser les gens à collaborer. Les gens avaient peur parce que lorsqu’un juif caché était découvert dans une maison, ce n’étaient pas une ni deux personnes qui se faisaient tuer mais toute la famille, et même la famille voisine. Mais pour moi, si tout le monde avait résisté, ça se serait fini beaucoup plus tôt que ça. » Autre avis approchant : « Je pense qu’il fallait résister afin de contrer l’ennemi. Il faut résister et ne pas subir le joug des adversaires. Même si à cause de la peur inspirée par les ennemis on pouvait être poussé à collaborer. De toute façon je pense que quitte à mourir, autant résister. Car il ne fallait pas espérer survivre dans de telles conditions. »
Si certains pensent que « les résistants n’avaient rien à perdre », d’autres sont plus pragmatiques : « Oui, il fallait être résistant, aujourd’hui on dit ça, mais cela n’a rien de facile, car quand on a une famille à nourrir, un travail, il faut beaucoup de courage pour être résistant. »

« Je ne sais pas ce que j’aurais fait, je pense qu’il faut y avoir été pour savoir. »

Difficile pour des élèves de 15 ans qui n’ont jamais connu l’horreur de la guerre de s’imaginer à la place de M. Szumanski. Nous espérons évidemment qu’ils ne le soient jamais, ni leurs enfants, ni quiconque. C’est pour cela que répondre à cette question suppose beaucoup de sincérité et de réflexion. Les réponses là aussi sont différentes bien que complémentaires : « Si j’avais été à sa place j’aurais été terrorisée, au début, j’aurais essayé de fuir avec ma famille et si cela n’avait pas réussi, j’aurais malgré moi collaboré. Mais je pense que je n’aurais pas supporté cela très longtemps, je me serai suicidée. Ou alors j’aurais tenté de rejoindre la résistance pour ne pas mourir en vain. » Certains sont sûrs de leurs choix : « J’aurais résisté car je ne supporte pas la discrimination au regard de la famille, des amis, même des inconnus, le fait de torturer et de massacrer gratuitement parce qu’un psychopathe que d’autres personnes admirent est au pouvoir, ceux qui sont responsables de telles atrocités et tortures physiques et morales. Ce fut une des périodes les plus tristes et sombres de l’Histoire de l’Humanité. », « Je préfère défendre mes principes que de ne rien dire. » D’autres ne se projettent pas et comment leur en tenir rigueur ? « Je ne pense pas que je serais restée là à ne rien faire mais si derrière on devait assurer la survie d’une famille, le choix est serré. » « Je ne sais pas trop car pour résister, il faut être très courageux et savoir ce qu’on fait. », « Je ne sais pas vraiment. J’espère ne jamais me retrouver dans la situation dans laquelle M. Szumanski a été, mais même s’il fallait parfois y laisser sa vie je pense que je l’aurais fait. Pour la liberté. »

Messages

  • Bonjour M.Szumanski
    nous vous remercions de vous être déplacés à fin à de nous raconter votre histoire qui nous a énormément touché y compris celle de l’allemand qui lança une jeune fille dans le vide. Nous pensons que vous aviez et que vous avez toujours énormément de courage pour être entrés dans la résistance et pour raconter votre histoire à de nombreux adolescents celle-ci nous a beaucoup touché intéressé et captivé nous espérons vous revoir au plus vite
    Amandine et Léa élève de seconde trois lycée Joliot-Curie d’Hirson

    Cher Monsieur Szumanski
    tout d’abord nous avons beaucoup apprécié votre présence au lycée Joliot-Curie et nous vous remercions de votre témoignage certains passages de votre histoire nous ont beaucoup touché notamment l’invasion de Varsovie dont nous avons vu un extrait de film en cours et qui nous a clairement montré l’horreur de la guerre. Aussi le passage ou des soldats nazis tuaient des enfants. Le fait que vous avez résisté une grande partie de votre vie nous a montré aussi votre courage. Le ton et le coeur que vous avez mis dans vos paroles nous ont bien montré que vous ne vous foulez pas que tout cela recommence nous espérons vous revoir bientôt
    Léa et Charlotte, élève de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

  • Cher Monsieur Szumanski
    c’est avec un grand plaisir que nous vous avons rencontré et de votre témoignage a été très instructif. Vos anecdotes et votre histoire nous ont beaucoup touché et même si nos nous ne comprenons pas toutes les horreurs de la guerre nous imaginons facilement ce que vous avez enduré. Le film que nous avons visionné en cours nous a montré votre pays durant la guerre et nous pensons que vous avez été très courageux car être résistants c’était très risqués nous espérons vous revoir assurément
    à bientôt Clémence et Madisonne

    Cher Monsieur Szumanski
    votre histoire nous a profondément marqué vos anecdotes nous ont choqué et nous ont permis de comprendre la douleur que vous avez endurée nous avons aussi conscience que certains moments de votre vie ont dû être très dure à vivre.
    Anaïs et Élise, élève de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

  • bonjour M. Szumanski
    nous vous écrivons cette lettre pour vous dire que nous avons beaucoup apprécié votre visite. Votre histoire nous a épaté et énormément touché. Vous avez fait preuve d’un grand courage et de beaucoup de volonté. Certaines périodes de votre vie ont été très difficiles très dures à supporter et pour nous difficiles à comprendre. Nous pensons que vous méritez d’être connus après tout ce que vous avez fait pour votre pays vous vous êtes battus jusqu’au bout. Nous vous admirons aussi le fait que vous avez pu effacer de votre mémoire la haine contre les Allemands après tout ce qui s’est passé.
    Nous espérons vous revoir un jour sincères salutations
    Marine et Jordan élève de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

    Cher Monsieur Szumanski
    nous avons été heureux de vous avoir raconté. Votre histoire nous a beaucoup plu et elle nous a marqué profondément. Ce qui nous a plus chez vous c’est que vous avez été courageux pour avoir résisté et que vous vous êtes montrés très braves durant la guerre. Ce qui nous a touché aussi ses lorsque votre ami vous a demandé de le tuer pour éviter de retourner dans le camp de concentration vous nous avez appris à ne pas juger les gens que l’on ne connaît pas. Ce qui nous a moins plus c’est que vous nous avez pas parlé dans votre langue en espérant vous revoir très bientôt, au revoir et bon courage
    Marjorie et Camille, élève de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

  • Cher Monsieur Szumanski
    nous avons été touché par votre histoire très intéressante, vous nous avez appris beaucoup sur l’histoire de cette guerre mais ce qui nous a le plus marqué c’est la cruauté des nazis. Le fait qu’il tuait des gens innocents sans aucune raison ou alors à cause de leur religion comme ce bébé assassiné contre un mur pour une nazi ou alors le soldat qui a jeté une fillette par-dessus un pont sans raison cela nous a beaucoup choqué. Votre histoire est quelque chose de très tragique et c’est une chose que l’on ne voudrait jamais vivre votre intervention a été très satisfaisante et nous vous en remercions profondément
    Laurie et Manon élèves de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

  • bonjour M.Szumanski
    tout d’abord nous voudrions vous remercier de votre revenu et de tous les souvenirs et anecdotes partagés avec. Votre visite nous a beaucoup apporté et nous a ému comme cette histoire avec ce nouveau-né tué après avoir était jetée le long d’un mur. Le thème de la guerre, de la résistance nous intéresse beaucoup et grâce à vous nous avons eu une meilleure idée de ce qui s’est vraiment passé. De la façon dont vous nous avez raconté votre histoire et cela nous a vraiment touché
    au revoir
    Eva et Angélique, élève de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

  • Cher Monsieur Georges Szumanski
    votre histoire nous a beaucoup intéressé, elle nous a permis de mieux comprendre la seconde guerre mondiale d’enrichir nos connaissances et nos sentiments et de rendre plus réel ce que nous avons appris en histoire. L’anecdote qui m’a le plus marquée touchée est celle que vous avez vu le nouveau-né se faire tuer contre un mur par des nazis je vous trouve très courageux d’avoir supporté cela et surtout de pouvoir nous en parler bon courage et merci pour cette intervention.
    Ludivine et Lauriane, élève de seconde trois du lycée Joliot-Curie d’Hirson

  • bonjour M.Szumanski
    nous vous remercions d’être revenus nous raconter votre histoire elle était passionnante elle nous a beaucoup touché surtout certaines anecdotes (la petite fille jetée par-dessus un viaduc parce qu’elle était juive et celle du bébé claqué contre le mur. Nous avons aussi aimé le fait que vous soyez touchés par ce que vous racontez et nous vous affirmons que les 2:00 sont passées très rapidement. Nous avons vu la résistance d’une autre façon en cours d’histoire, le thème de la guerre nous intéresse est grave à votre prestation nous voyons la guerre telle que vous vous lavez connue.
    Justine et Alisone, élève de seconde trois lycées Joliot-Curie Hirson

    bonjour M.Szumanski
    nous avons été touchés par votre histoire en Pologne cela a dû être une période difficile quand l’Allemagne a envahi votre pays. Vous avez eu le courage de combattre contre les Allemands. Être résistant au lieu de ne rien faire. Par moment nous avons été choqué par ce que les nazis étaient capables de faire à des adultes et même des enfants tout ça parce qu’ils étaient juifs comme par exemple la petite fille jetée par-dessus un pont ou le bébé écrasé contre un mur devant sa mère. Nous avons aussi aimé quand vous nous racontiez que vous avez essayé de monter une association pour être contre les Allemands, les pièges que vous avez montés contre eux et quand vous vous êtes faits arrêter et que vous avez pleuré pour être sûrs de ne pas partir dans un camp de concentration soviétique. Nous n’avons pas aimé que l’accompagnateur vous coupe trop souvent la parole alors que vous racontiez des choses intéressantes.
    Merci encore et à très bientôt
    deux élèves de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

  • M.Szumanski
    Cher Georges,
    nous avons beaucoup apprécié votre intervention tout ce que vous nous avez raconté était vraiment intéressants les quelques anecdotes qui nous ont vraiment marqué et aussi touché sont celles où tout d’abord vous avait été témoin d’un véritable crime lorsqu’un soldat sans aucune raison prenait fillette et la jette au-dessus d’un pot c’est vraiment honteux histoire ou un bébé s’est fait jeter contre un mur ça nous dégoûte complètement. Et enfin celle ou vous-même et vos amis lorsque vous étiez jeunes avez pris le portrait de Staline et vous l’avez barbouillé de quatre à. Nous sommes stupéfaites partout votre courage il le nous faudrait beaucoup de pages pour dire tout cela la détermination, le courage et le sérieux que vous avez nous font encore réfléchir
    au revoir et portez-vous bien encore pour longtemps nous avons besoin de gens comme vous.
    Sarah et Bénédicte, élève de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

  • bonjour Monsieur
    nous avons beaucoup apprécié votre intervention elle nous a permis de nous rendre compte de l’atrocité de la guerre et cela nous a beaucoup touché l’émotion avec laquelle vous avez témoigné nous a fait beaucoup de bien. Nous avons apprécié vos anecdotes. Votre courage votre volonté est votre désir de communiquer sont pour nous de véritables modèles.
    Marie et Valentin élève de seconde trois lycées Joliot-Curie Hirson

  • Cher Monsieur
    nous avons admiré et nous soulignions votre courage de vous être ouverts à nous est de nous raconter votre histoire pleine d’émotion et de bravoure nous avons ressenti une vraie émotion aussi lors de vos anecdotes précises et très sombres. Vous nous avez appris que dès le plus jeune âge vous aviez un sens pour défendre votre patrie et c’était très admirable. Nous ne pouvons pas dire de nos jours si nous aurons le même courage et le même amour de la patrie pour faire ce que vous avez fait. Nous portons particulièrement un grand respect et beaucoup de tristesse lorsque que vous nous avez raconté votre histoire. Votre message nous montre bien l’expression : vivre avec la mort, et défendre la liberté à tout prix. Grâce à des gens comme vous qui ont le courage de nous rencontrer et de nous convaincre de ne jamais faire ces mêmes erreurs. Nous vous remercions cordialement avec notre plus grand respect
    Constant et Raphaël, élève de seconde trois lycées Joliot-Curie d’Hirson

  • Mr Szumanski,

    Lors de votre intervention, une chose qui m’a beaucoup marqué c’est que malgré votre âge vous voulez absolument nous raconter votre histoire tout en nouc communiquant des choses importantes et essentielles de la vie. Une autre chose qui m’a marqué c’est que vous êtes heureux et content d’être là pour nous parler de tout ce que vous avez vécu et de nous transmettre toutes ces choses alors que ce n’est pas forcement facile vu toutes les choses que vous avez vécu (Guerre, Ghetto de Varsovie, etc...). Enfin j’ai beaucoup apprécié la conclusion que vous avez apporter à votre intervention qui disait qu’il fallait faire attention à qui nous allons donner notre suffrage et aussi de conserver nos opinions !

    Romain , élève au Lycée Joliot-Curie d’Hirson.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.