ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > Education , 100 TEMOINS 100 ECOLES : La Mémoire source d’action (...) > Textes et mots d’élèves > Autoportraits-Autobiographies d’élèves.... Récits d’internautes... > Mai Ling

Franco-Vietnamienne

Mai Ling

une témoin qui touche les élèves

mercredi 8 juin 2011, par Frederic Praud

MAI LING
a le plaisir de vous présenter
les 2 premiers tomes de sa trilogie
Le Sixième Sens de la
‘Petite Souris’

Une vie, trois batailles pour survivre

En relatant sa vie tiraillée par un impitoyable destin parsemé de péripéties et de rebondissements, la Petite Souris sans réserve, vous ouvre son cœur en vous faisant découvrir quelques facettes de la culture de son pays, le Vietnam (1945-1955) : ses tabous, ses mœurs, ses coutumes anciennes et modernes. Puis en France de 1955 à 2005. Période durant laquelle elle dut faire face à sa propre famille, à l’Amour et à ses amis et amies… Seule, la foi lui permet de garder le sourire et la joie de vivre.

COMMENTAIRES DES LYCEENS

Reçus lors des séances de témoignage dans les Lycées de France
régies par Frédéric PRAUD
« Paroles d’hommes et de femmes » – 100 témoins 100 écoles
-------------------------

Lycée Jacobins, Beauvais
Oct. 2009

Florence DOLFIER – Le 22 octobre 2009, vous avez réalisé une intervention pour nous raconter votre histoire. Cette histoire m’a beaucoup bouleversée, je ne pouvais pas imaginer une vie comme la vôtre, si dure et surtout une enfance terrible. Je me demande même comment vous avez réussi à survivre après tout ce qui s’est passé.
Maintenant je ne regarde plus les personnes de la même manière. J’imagine leur passé… Vous avez réussi à nous transmettre vos émotions. C’est pour cela que j’aimerais vous remercier de votre interven-tion auprès de notre classe.

Mélanie – Je suis Mélanie, j’ai assisté à votre intervention, elle était très intéressante. Je vous remercie de l’avoir fait partager votre vie. Vous m’avez appris qu’il faut toujours garder la tête haute. J’ai trouvé votre histoire très touchante, car vous l’avez raconté avec tel-lement de douleur mais aussi de joie. Malgré votre passé difficile, vous avez gardé le sourire ce qui est formidable pour moi. Vous êtes une femme pleine de vie.

Andréa LECLERE – Ça y est, j’ai enfin fini votre livre. J’aurais pu le finir plus tôt, mais étant pompier et étudiante, je n’avais pas eu assez de temps...
Votre livre, comme je vous l’avais dit dans mon dernier message, est impressionnant, et émouvant…J’ai été époustouflée parce que vous avez raconté votre vie. Vous avez un courage exceptionnel…
Et maintenant que sont devenus vos enfants, vos petits enfants ? Vous devez vous sentir beaucoup mieux à présent... Votre vie s’est-elle arrangée ? Regardez-vous encore votre passé ? Pardonnerez-vous tous ceux qui vous ont fait du tort ? Et votre ex-mari, qu’est-il devenu ?... Avez-vous retrouvé votre Sixième Sens après ces désastreuses aventures ? Beaucoup de questions, je sais… Je suis très curieuse. En tout cas votre livre et très poétique malgré toute la souffrance qu’il reflète...
Voila... Je vous remercie de m’avoir montré l’« expérience de la vie... ». Ainsi, lorsque je souffre – pour rien – je me dirai qu’il y a pire que moi...
Je parle souvent de vous quand je suis en intervention, dont une fois à un jeune de 17 ans qu’on a amené à l’hôpital... Ce dernier m’a raconté sa vie... Il disait qu’un jour il a voulu se donner la mort, car il ne se tenait plus...
En effet ce jeune a été battu par ses parents et a été humilié devant tous ses camarades de classe depuis qu’il était tout petit… Il n’avait pas d’amis... les seuls amis qu’il avait étaient des drogués ... À l’âge de 13 ans, il était tombé dans un trafic de drogue à Paris... Puis, après plusieurs comas, on l’avait mis dans un foyer spécialisé de désintoxica-tion, pas loin de chez moi. Il ne pourra rien faire de sa vie, car son casier judiciaire est rempli à fond...
Il n’avait que 17 ans ! Donc, je lui ai raconté votre vie (pendant une demi heure). Et il était très étonné puis se disait : finalement... sa vie était peut-être meilleure que la vôtre !...
Une ‘fan’ dévouée…

Yamina CHERIF – Tout d’abord je tenais à vous remercier pour votre présence et de nous avoir accordé votre temps ainsi que cette honorable confiance. Sachez que j’ai été transportée, cela a été une ouverture sur un autre monde, une autre culture. Tout simplement sur une nouvelle personne. Une personne qui m’a agréablement surprise avec ce regard sincère et rempli de gentillesse. Je n’oublierais pas de souligner le fait que vous êtes bien conservée et que la beauté que vous dégagez est très différente, comparant à certaines femmes : une beauté intérieure incontestable.
Votre histoire est très intéressante ; je regrette le manque de temps mais c’est un avantage, car par le biais de cet échantillon ça donne envie d’acheter votre ouvrage. Je voudrais vous féliciter pour le travail qui est sans doute pas de tout repos.
L’histoire de la Petite Souris est à la fois touchante et émouvante, car vous la racontez pas avec vos neurones ni même avec un grand QI mais avec votre cœur et ça c’est GRAND. Grand comme votre savoir être et votre sociabilité. Je pense que votre parcours a fait de vous quelqu’un de réfléchi et posé avec un caractère de combattante. C’est l’image très positive que j’ai pu retenir : positive car c’est ce je veux faire, franchir les échelons, les étapes sans me retourner et sans remords ; avoir envie encore et toujours… ne pas m’arrêter au premier obstacle. C’est ce que vous êtes Mai Ling et à travers vous je me suis reconnue, j’ai vu un bout de ma personnalité…

Aurore MIASSAVAMANA – J’ai beaucoup apprécié votre témoignage. Votre vie est pleine d’expérience, beaucoup de moments difficiles et peu de moments de bonheur. Mais vous avez su être humble, c’est ce que j’ai vraiment aimé en vous. Votre bon cœur, votre esprit ouvert, même si vous n’aviez pas eu du temps de tout nous raconter… le peu, a suffi pour nous donner une leçon de la vie.
J’espère qu’à présent votre vie est bien meilleure et je souhaite tout le bonheur que Dieu puisse vous donner. Merci pour vos conseils.
Que Dieu vous bénisse.

Cécilie DARGES – Je voudrais vous dire que votre intervention en salle de conférence au Lycée m’a beaucoup émue. Votre histoire m’a touchée. Quand vous l’avez racontée, vous avez l’air triste mais en même temps vous avez tellement de force, de joie de vivre malgré tous ce qui a pu se passer dans votre vie
J’ai beaucoup aimée vous écouter, dommage que le temps passait si vite, j’aurais aimé entendre d’autres anecdotes de votre vie…

Mariam KHALDI – Votre témoignage m’a énormément touchée. J’ai aimé la façon dont vous racontez votre histoire. En nous racontant, vous la viviez vraiment et moi personnellement j’en avais des frissons, j’étais épatée par votre courage. Vos conditions de vie m’ont impres-sionnée, vivre la famine, la guerre, la mort… Il faut être fort et courageux pour vivre cela et s’en sortir. On s’imagine à votre place, à votre âge et on se dit « arriverais-je à survivre ? » Après réflexion, je ne pense pas.
Ce que j’ai aimé le plus, c’est votre courage avec votre belle-mère, vous avez su faire face aux épreuves qu’elle vous a infligé, mal nourrie, mal habillée, malheureuse… Le fait de se taire et de ne rien dire on pourrait croire que vous êtes faible et que vous ne vous estimez pas mais moi je dis qu’au contraire, vous avez beaucoup de fierté et une très grande estime de vous-même, car pour ne pas vivre seule et dans la « rue » vous ne parliez pas et n’osiez pas contredire votre belle-mère.
C’est vrai que vous n’aviez pas beaucoup de chance dans la vie avec votre beau-frère, votre sœur, le fait qu’elle vous vole, en quelque sorte, l’argent envoyé par votre père. Vos amies vous ont escroquée eux aussi ; je dirai que malgré tout, vous avez eu de la chance de vous vous en êtes sortie de toutes ces misères.
Un grand merci de vous êtes déplacée et de nous avoir raconté vo-tre vie. Grâce à vous, on regarde un peu plus loin que le bout de notre nez… Merci.

Sandy MARCHETTI – Mai Ling a eu une vie très difficile, elle a beaucoup de courage. Elle m’a énormément émue et touchée. Cette femme a eu une vie mouvementée et choquante, notamment, quand elle était jeune, elle a vu son grand-père mourir sous ses yeux. Je pense que peu de gens auraient pu survivre à ce qu’elle a vécu.

Maghnia BERRAJAA – En quelques mots, je trouve votre histoire est magnifique, intéressante et impressionnante par votre long parcours composé bien des épreuves. Je trouve que vous êtes une femme très courageuse, combattante, patiente et perfectionniste.
Vous m’impressionnez par votre vécu, votre long passé, vous avez parcouru un très long parcours depuis votre enfance au Vietnam. Arrivée en France, ce qui est tout à fait surprenant mais quand même passionnant dans son intégralité.
Ce qui m’a le plus choquée dans votre histoire sont vos anciennes copines qui vous ont escroquée. Vous êtes tellement gentille, vous par-tagez votre pain avec tout votre entourage, vous avez un bon cœur, ça se voit sur votre visage, je vous assure…
Vous me paressez une femme convaincante, attentionnée et très rassurante ? Quand vous avez raconté ce qu’est vraiment la souffrance, et qu’il y pas pire que la mort, par cela, vous m’avez éclairci mes idées. Vous m’avez vraiment convaincue, donner l’envie d’avancer dans la vie, surmonter chaque épreuve de notre quotidien. J’ai trouvé impressionnant les services que vous nous rendiez à notre entourage, en ne disant jamais ‘non’ lors qu’il s’agit d’aider, de donner, de parta-ger…
J’aime beaucoup votre surnom « Petite Souris » et votre prénom Mai Ling. J’ai bien aimé votre histoire ainsi que votre livre et je suis ravie de vous avoir rencontrée.
J’ai aimé votre livre, je compte en effet l’acheter pour le lire. Je trouve que c’est dommage que vos enfants ainsi que votre mari ne le lisent pas. Je vous souhaite une longue vie pleine de bonheur

Alexandra CRESSENT – Votre histoire m’a beaucoup émue. Vous avez vécu une histoire terriblement malheureuse. Le fait d’être venue devant la classe entière nous raconter tous ces moments vraiment, très durs, sans pour autant perdre le sourire, m’a beaucoup touchée.

Mickaël HUGEUX – Je tiens à vous dire que j’ai trouvé votre dis-cours extrêmement touchant et réellement impressionnant. Vous m’avez fait découvrir une culture d’un pays dont je ne connaissais rien. J’ai pu apprendre beaucoup en ces 2 heures et pour ça, je vous remercie.
Ce qui m’a le plus étonné est votre force à pouvoir vous relever de tout ce qui vous est arrivé ainsi que la compassion dont vous faites preuve malgré les épreuves de votre vie.
Je vous envie même cette force que j’aurais voulu avoir lors de mes problèmes. Pour moi, vous êtes un modèle de la femme forte et je crois que je vais lire votre livre, car j’ai beaucoup à apprendre de vous.

Angélina BOTHIEWIEZ – Je ne sais pas par où commencer, il y a tellement de choses. Tout d’abord, avec votre jeunesse malheureuse, votre vie mouvementée par tellement d’épreuves douloureuses, comme votre mariage forcée ou la privation de vos enfants, vous nous avez fait part d’un témoignage fort, incroyable, émouvant, qui fait réfléchir.
Vous êtes toujours tombée sur des gens qui ont profité de votre gé-nérosité, mais vous vous êtes toujours sortie la tête haute. Quand on sait tout ce que vous avez enduré, on s’arrête de se plaindre sur tous les petits tracas du quotidien. Ensuite, vous nous avez confié quelquefois avec le sourire, sans réserve, les secrets de votre vie, de votre intimité. Toutes ces péripéties de la vie vous ont permis de vous forger moralement, physiquement car vous avez toujours appris à vous dé-brouiller toute seule. Je pense que cela vous a aussi permis d’avoir des connaissances de la vie, peut être beaucoup plus développées que cel-les que nous allons collecter tout au long de notre vie.
Pour finir, je trouve que vous êtes une femme pleine de courage, de générosité même envers les personnes que vous ne connaissez pas for-cément. Vous donnez une belle image de courage, d’espérance à tous ceux qui se trouvent en difficulté.
Vous méritez donc tout le respect qu’on peut imaginer…

Adel SADDIKI – Votre intervention m’a beaucoup plu, je l’ai trouvé très intéressant. Surtout quand vous parliez de la guerre d’Indochine qui est méconnue et qui est un sujet vague pour les jeunes de notre génération, car on ne l’a pas étudié en cours et ce cours manquant, nous a été fait par vous, par une personne qui l’a vécu donc votre témoi-gnage a été vivant, intéressant, émouvant, incroyable…
Vos conditions de vie m’ont épaté, surtout lorsque vous aviez dit que pour vaincre la faim, avec une cuillérée de riz dans la bouche, vous suciez toute la journée. Franchement je suis resté bouché bée.
Ce qui m’a touché c’est la mort ou l’assassinat de votre grand-père. Ce qui m’a encore touché c’est lorsque vous étiez devant son cadavre gisant dans une marre de sang, vous aviez pensé que ce n’était rien et qu’il allait se relever. Vous étiez trop petite pour voir de telle chose. Votre enfance est triste, car vous l’avez vécu en temps de guerre, votre quotidien était : les cadavres, les tranchées, les bombardements, mais aussi s’ajoutant à cela, votre belle-mère qui vous faisait vivre dans des conditions épouvantables, je ne peux comprendre une telle attitude.
Après vous êtes partie en France pour oublier tout cela mais ce sera la guerre des nerfs pour vous, avec votre beau-frère qui vous harcelait puis l’escroquerie de votre propre sœur et celle de vos amies. Malgré tout cela, vous avez survécu, car votre mental et votre physique vous ont préparé et travaillé au Vietnam et vous avez su faire face à toutes les épreuves car vous êtes forte, vous êtes une guerrière de la vie, vous ne vous laissez pas abattre par les difficultés, les contradictions de la vie. En vous écoutant, ça donne du courage pour affronter la vie, ma vie en face de la vôtre, c’est du gâteau, ça n’a rien à voir… donc je n’ai pas à me plaindre des choses futiles…

Mandy BENOIST - Tout d’abord, je me permets de vous écrire pour commenter le témoignage… C’était un témoignage très touchant, votre histoire est différente de la nôtre et me fait beaucoup réfléchir.
Ce qui est dommage c’est que le temps passait trop vite, et trois heures ne seront pas assez. En tout cas, merci de vous êtes déplacée pour nous. J’ai été très touchée par le passage « La découverte du Sixième Sens » j’aurais aimé que vous détailliez plus mais on ne peut tout savoir en deux heures. Mais je vais le lire dans le livre.
Je suis impatiente d’arriver au chapitre de la découverte du Sixième Sens.

Lycée Paul Valéry, Paris 12è
Février 2010

BIN – Je suis très content de vous connaître. Je sais maintenant beau-coup de choses sur vous, que vous êtes née au Vietnam. Quand vous étiez enfant, vous n’avez pas pu aller à l’école.
Vous avez fait beaucoup de corvées mais votre famille ne vous aimait pas et je sais que quand vous étiez enfant, vous avez vu des militaires tuer votre grand-père. C’est cruel et douloureux !
Vous avez dit beaucoup de choses… Maintenant je sais que je suis très heureux parce que je peux aller à l’école et apprendre. À la maison, je ne fais pas beaucoup de ménage, donc je vous remercie, car vous m’avez fait savoir combien je suis heureux…

K. MADJER
J’ai le plaisir de vous écrire cette lettre pour vous remercier d’avoir accepté l’invitation afin de nous raconter votre histoire et expliquer comment vous avez fait pour continuer à vivre et à résister à l’injustice et l’esclavage des autres, de ceux qui sont les plus proche de vous.
Vraiment, même si vous avez parlé pendant des heures et même si au début je n’ai pas bien compris l’histoire et la guerre de votre pays, j’étais soucieuse et j’avais envie de vous écouter et suivre les parcours de votre vie. La plus belle phrase qui m’a intéressée c’était quand vous avez dit que vous aimez beaucoup la France mais que vous préfériez mourir dans votre pays. Vous avez montré que, même si l’on vit toute sa vie dans une pays étranger, le pays d’origine reste toujours la racine pour nous. Je n’oublie pas de vous féliciter pour votre livre et je vous souhaite plus de succès dans votre vie professionnelle et personnelle en vous en remerciant encore une fois…

Lycée Anne Marie Javouhey,
Chamblanc
Oct. 2010

Cindy GUYOMARD – Je trouve que vous êtes une femme extra-ordinaire, vous êtes courageuse, vous gardez tout le temps le sourire et surtout vous êtes très très belle !!!
Je ne sais pas comment vous faites pour avoir cette joie de vivre, c’est bien pour cela que je trouve que vous êtes très très courageuse
Malgré tous les problèmes que vous avez eu tout au long de votre vie, vous avez toujours su vous en sortir même dans les conditions les plus extrêmes, c’est pour cela que je vous « tire mon chapeau ».
Courageuse pas seulement pour tout ce qui vous est arrivé mais aussi pour avoir réussi à en parler devant des jeunes élèves lors d’une intervention.
Vous avez réussi à nous faire comprendre, que la vie est dure pour certaines personnes, donc qu’il ne fallait pas se plaindre dès qu’ l’on a quelque chose qui ne va pas ; et s’arrêter de se plaindre pour rien.
Vous êtes une femme extraordinaire avec un très beau sourire et une belle joie de vivre. Votre histoire m’a touchée, c’est très agréable de votre part d’être venue nous la raconter.
J’aimerais bien avoir l’occasion de lire votre livre, cela me plairait bien de rester en contact avec vous. Vous avez l’air très gentille et très douce !!!
Gros, gros bisous.
Pierre Edouard METZGER – Je ne sais pas comment vous faites pour avancer dans votre vie avec tous les malheurs du monde qui vous sont tombés dessus… Je vous souhaite de meilleurs moments dans vo-tre vie et que vous trouvez l’amour. Je vous remercie de votre témoi-gnage.

Katia – J’ai bien aimé votre témoignage, cela m’a beaucoup touchée, mais sur certaines question que Frédéric PRAUD vous a posées j’ai trouvé que vous étiez pas asses entrée dans les détails. Mais sinon cela m’a énormément émue… Je vous remercie d’être venue dans no-tre Lycée pour nous raconter votre histoire.

Adeline – J’ai trouvé que votre histoire était très émouvante. Je vous trouve très courageuse et même après tout ce que vous avez parcouru. Je trouve admirable de voir que vous gardez la joie de vivre et votre sourire.
Pauline - Je tiens à vous remercier pour votre témoignage qui a été fort intéressant. Je vous admire pour votre courage pour nous avoir raconté votre vie. Ce qui n’est as toujours évident, surtout sans connaî-tre pas les personnes présentées.
Mais aussi par votre joie de vivre qui vous permet de vous accro-cher à ce monde, après avoir enduré toute ces choses. A votre place je ne sais pas si j’aurais continué à aimer la vie de la même façon.
Ce que je trouve bien de votre part c’est d’avoir écrit ses livres pour raconter votre histoire, cela vous a peut être permis de libérer quelque chose en vous. Pour en revenir à votre enfance, je pense que cela n’aurait pas dû avoir lieu. Je vous donne entièrement raison au sujet sur la confiance, qu’il ne faut jamais avoir totalement confiance à quelqu’un. Je trouve dommage de la part de vos amies de vous avoir laissée tomber comme ça, surtout vous aviez besoin d’eux.
Bonne continuation pour la suite, soyez heureuse et bon courage.

Marina – Je vous écris cette lettre pour vous dire que votre inter-vention m’a beaucoup touchée. Je trouve que vous avez énormément de courage pour avancer sans jamais baisser les bras. Vous avez vécu de grands malheurs dans votre vie, donc à présent, il ne peut y avoir que de bonnes choses à venir et je vous souhaite de tout cœur. Je pense que chacun d’entre nous est confronté un jour à faire des choix diffici-les ou à la vivre, mais le plus important est de toujours voir le bon côté des choses et sourire à la vie comme vous le faites.

Alicia PINTO – J’ai beaucoup apprécié votre témoignage, cela m’a beaucoup touchée. Vous avez eu un immense courage. J’ai apprécié quand vous avez parlé de vos enfants et de votre premier amour. Votre témoignage était vraiment émouvant. Quand vous avez parlé de votre grand-père mort devant vous, j’avais des larmes aux yeux. Quand vous avez parlé de vos amies, j’ai compris qu’il ne faut pas faire confiance à 100%. Je vais suivre vos conseils…

Claudia SI DEDBI – J’ai beaucoup aimé votre témoignage, je l’ai vraiment trouvé très intéressant. Cela a dû être dur pour vous d’écrire votre enfance, votre vie.
Aussi je trouve ça très triste que vous ne puissiez pas voir vos en-fants à cause de leur père, car il leur monte la tête contre vous. Sur ce, je vous remercie d’être venue témoigner, je suis pressée de lire votre livre.

Achille – J’ai vraiment aimé votre témoignage à la fois touchant et triste. Cela fait que l’on se pose des questions dans notre tête en se disant que nous parfois on est triste pour des choses qui nous paressent graves et alors que ailleurs, sur la Terre il y a des personnes qui souffrent pour des choses beaucoup plus graves. J’aimerais savoir com-ment après tout ce que vous avez subi, vous arriviez encore à vouloir vivre et garder le sourire…
Voila, encore merci pour ce témoignage et bravo pour votre cou-rage car je n’aurais jamais pu faire ce que vous avez raconté.

Déborah – votre témoignage m’a vraiment beaucoup touchée. Je trouve que vous êtes un exemple de courage malgré tout ce que vous avez vécu. Vous vivez avec le sourire, et je pense que peu de personnes pourraient le faire.
Vous vous êtes beaucoup occupée de votre famille, j’espère que maintenant vous vous occupiez principalement de vous, car vous le méritez. Vous avez droit à votre liberté, et surtout le droit de penser à vous. Je trouve que vous êtes une preuve de courage mais également une preuve de générosité. Peut-être un peu trop d’ailleurs ! Je pense que vous auriez dû être pus égoïste à penser un peu plus à vous. Mais je ne peux pas vraiment juger….(le restant n’est pas lisible

Sarah GUILLIEN – Je tiens tout d’abord à vous dire que vous avez un courage et une force exceptionnels.
Je ne sais pas comment vous avec encore le courage de vivre ! Après toutes ces preuves si terribles que vous avez traversées. Je n’aurais sûrement pas cette force. Quand vous nous dites que vous cherchez encore l’amour et que vous avez cette joie au fond de vous. C’est incroyable… ! Votre histoire m’a beaucoup fait réfléchir sur ma vie et sur ma façon de vivre, car je peux dire que nous vivons heureux par rapport à d’autres pays et tout ce qui s’y passe.
J’ai donc hâte de lire votre livre pour mieux vous comprendre dans vos choix (difficiles…), et peut être apprendre des choses…
Voila, je vous souhaite donc de continuer ainsi, avec cette force et ce courage qui vous vient vraiment du fond du cœur (je pense…), et qui vous a sauvée plus d’une fois dans votre vie…

Amélie – Suite à votre intervention le 11 octobre, je souhaite vous écrire pour vous dire que vous êtes une femme très courageuse. Votre vie m’a beaucoup touchée, surtout quand vous avez raconté l’auto avortement. Je pense très fortement que vous avez eu une vie très mouvementé et injuste….

Houda – Comme la plupart, j’ai beaucoup apprécié votre courage pour raconter les tourments que vous avez subis dans votre vie.
Ceci dit, certaines choses selon moi, n’étaient pas cohérentes avec vos actes mais je reste sur une position où je ne pourrais pas vous juger. En revanche, je trouve triste le fait que votre famille vous rejette, et pour être honnête, je ne saurais pas comment j’aurais vécu à votre place. Avec votre patience, vous ne demandez qu’une seule chose : amour. Mais je suis sûre qu’un jour Dieu répondra à votre demande.
Encore une fois, je vous applaudis, vous et votre courage en vous souhaitant une bonne continuation dans votre vie…

Maude THOMAS – J’ai ressenti une profonde tristesse lorsque vous avez parlé de votre grand-père mort sous vos yeux, alors que vous étiez encore toute petite. Et lorsque votre mari vous a tabassée et a tout fait pour que vos propres enfants ne vous parlent plus. J’ai ressenti de la co-lère au fond de moi. Et aussi, quand votre beau-frère vous harcelait…

Clotilde MAILLARY – Je vous remercie du fond du cœur d’être ve-nue nous raconter votre vie. J’ai trouvé ça intéressant apprendre une nou-velle culture différente de la nôtre.
J’ai beaucoup apprécié l’histoire du dragon qui fut le miracle de votre pays contre les Chinois.
Je comprends que pour vous cette vie n’était pas toute rose. Mais je suis contente d’avoir partagé et écouté votre récit avec un joli sourire même dans les moments tristes de votre vie….

Aurore DECAILLIOT – Votre histoire m’a beaucoup touchée, vous avez beaucoup de courage pour avoir tout surmonter. Je ne comprends pas que l’on puisse exploiter des personnes, se servir d’eux puis les lais-ser… ou que l’on ne puisse pas faire confiance à sa propre famille.
Vous avez risqué votre vie que votre enfant ne naisse pas dans le « malheur« 

Anaïs GROSDENANGE – Je vous ai trouvé forte de nous parler de votre histoire comme vous l’avez fait. Il n’y a pas beaucoup de personnes dans votre cas qui auraient pu en parler comme vous et garder le sourire en même temps. Grâce à votre croyance, vous arrivez à avancer.
Votre intervention m’a permis de comprendre que quand je me plains de quelque chose, il faut que je pense avant tout à ce qui se passe ailleurs, que je n’ai pas une vie si difficile que ça et si lourd à porter par rapport à d’autre personnes. Quand vous avez dit que vous avez écrit un livre et que vous ne vouliez pas le dire à vos enfants. Vous êtes sûre qu’ils ne sont pas au courant et qu’ils ne l’ont pas lu. Et avec votre sœur et beau-frère, avez-vous toujours ne contact ? En avez-vous parlé avec eux de votre enfance difficile qui vous ont fait subir ?
Je vous remercie pour votre visite et votre intervention. Espérant que plus tard votre vie sera meilleure et rempli d’amour car vous le méritez vraiment…

Marine – Votre intervention m’a vraiment touchée. Je vous trouve très courageuse d’avoir raconté votre vie comme ça. Après tout ce qui vous est arrivé, vous gardez le sourire et je trouve ça très bien. Je pense que beaucoup de gens n’auraient pas tenu le coup.
Vous m’avez fait comprendre qu’il faut garder le sourire quoiqu’il arrive. Je ne m’imaginais vraiment pas que certaines personnes pouvant avoir une vie aussi dure. Votre témoignage m’a vraiment donnée envie de lire votre livre, car malgré tous les coups bas que vous avez eus, vous gardez la tête haute.
Je vous remercie énormément pour votre intervention.

Jean Baptise – J’ai été touché par votre histoire ? Nous avons ten-dance à oublier parfois le meilleur des autres lorsque l’on n’est pas touché personnellement. Votre intervention m’a permis de garder les yeux ouverts, de me rendre compte de la nature parfois horrible du monde et je vous en remercie. Vous avez le courage de garder ces souvenirs près de vous, de les côtoyer au lieu de les enfouir au plus profond de vous-même.
Dans votre malheur, vous possédez une grande richesse, celle de la vérité du monde, loin de la société européenne idéalisée, parfois, inno-cente. De tout cœur, merci de ce don de vous-même. J’espère à présent que vous avez trouvé la paix que vous n’avez pas toujours eu.

Florent – Votre histoire ma surpris et même choqué. D’une part par votre âge, je vous imaginais âgé de 40 à 50 ans pas plus, et d’autre part par le rejet de vos enfants ainsi que votre courage à faire croire à une fausse-couche m’a impressionné. Votre sourire et votre joie de vivre après toutes ces épreuves sont exemplaires…
Je vous souhaite de tout cœur de trouver l’amour que vous cher-chez.

Simon – J’ai été touché par votre témoignage qui m’a intéressé et j’ai pu me rendre compte que l’on avait beaucoup à apprendre des au-tres personnes… Je vous remercie d’être venu dans notre lycée.

Adeline SALVADORI – Je suis admirative devant la preuve de courage que vous avez fait tout au long de votre vie. Malgré toutes les difficultés que vous avez pu rencontrer ; vous gardez encore le sourire et vous ne vous êtes jamais plains. Je vous remercie de nous avoir fait part de récit de votre vie. Il y a beaucoup de choses que vous avez dû supporter et que bien d’autres personnes n’auraient pas eu la force de surmonter…

Coralie – Votre témoignage m’a beaucoup émue, vous avez eu une enfance difficile et une vie que l’on ne souhaite à personne. Mais malgré ça, vous n’avez jamais baissé les bras et vous avez gardé la joie de vivre. J’aurais aimé en savoir plus sur votre vie avec votre mari et comment votre fils a pu vous tourner le dos alors que votre mari n’était pas son père biologique.
Vous m’avez beaucoup touchée et vraiment intéressée. Grâce à vous, je me suis rendu compte que partout dans le monde, il y a des souffrances cachées…

Marion BELIN – Votre histoire m’a beaucoup touchée, j’ai trouvé ça triste que l’on vous fasse cela. Le pire de tout, c’est que votre mari vous prive de vos enfants ; à votre place, je n’aurais pas tenu le coup. Je trouve ça exceptionnel ! J’espère que votre vie se terminera mieux qu’elle a commencé parce que vous méritez de trouver les joies de la vie après tout ce que vous avez fait.
Continuez à raconter cela, car je pense que certaines personnes ou-vriront les yeux sur leurs « soi-disant méchants parents » mais rien ne peut être plus terrible que ce que vous avez vécu. Merci de nous avoir raconté.

Laura – J’ai trouvé votre intervention est riche en émotion ??? Vous êtes très courageuse d’avoir oser parler devant nous, des inconnus, des choses qui font mal. Votre intervention m’a fait réfléchir, car quand on pense à tout ce que vous avez vécu, je n’ai pas le droit de me plaindre de mes petits soucis. J’ai une famille qui m’aime et qui est là pour moi, j’ai la chance de pouvoir aller à l’école… je suis libre.

Laura 2 – ….. Je voudrais savoir aussi comment pouvez vous croire en Dieu après tout ce qui vous est arrivé. Pour moi, vous êtes une femme très forte. Bon courage à vous par la suite.

Elodie MIRAILLES – Votre témoignage m’a beaucoup touchée, car je pense qu’il faut beaucoup de courage pour avoir vécu cette vie là. Vous n’avez jamais ressenti le besoin d’aller voir votre père et lui dire combien vous avez souffert de cette indifférence qu’il vous a apportée ? Pourquoi cacher de livre ? Alors que même si ça les blessait, ils sauront ce que vous ressentez dans votre cœur. Je n’ai jamais assisté à un témoignage aussi touchant.
Merci de vous êtes ouvert à nous, car je pense que ce n’est pas fa-cile.

Jean GUINARD – Vous avez été très courageuse de raconter tout ce vécu. Ce qui m’a le plus touché c’est :
- La mort de votre grand-père.
- La perte de votre mère, alors que vous étiez jeune.
- Et vos enfants qui vous ont reniée.
J’espère que pour vous et vos enfants tout s’arrangera. Je trouve que vous êtes restée très forte, je ne vois pas comment vous faites pour ne pas craquer…

Elody CORDEROT – J’ai trouvé votre témoignage très intéressant. Entendre une vie différente de la notre avec un autre mode de vie et d’autres coutumes. Cela m’a permis de comprendre que derrière un joli sourire il peut se trouver un passé, et que malgré tout, vous gar-dez la joie de vivre.
J’ai été assez émue de la façon dont vous décrivez la mort.
J’aurais aimé savoir ce que vous ressentez et comment vous réagis-siez par rapport au comportement de votre belle-mère ?!

Maxime BOLATRE – Votre témoignage m’a beaucoup ému. Je pense que votre vie a été un véritable supplice de puis votre enfance. La question que j’aurai aimé vous poser est, que serait-il arrivé si vous vous étiez révoltée ?
Bon courage et gardez votre foi.

Amélie PICHON – Suite à votre intervention dans notre Lycée à Chamblanc, je vous écris pour dire mes ressentis que ce que vous avez raconté. J’ai trouvé votre histoire émouvant et ça m’a beaucoup touchée ?
Je ne peux supporter que l’on puisse faire souffrir ou maltraiter un être humain. Ce qui m’a le plus touchée c’est quand vous avez parlé de la maltraitance de votre belle-mère et de l’harcèlement de votre beau-frère. Je me demande comment vous avez pu tenir jusqu’ici avec tous ces gens qui sont méchants avec vous.
Je vous trouve très courageuse de vivre avec toutes ces histoires…
Merci d’être venue dans notre Lycée pour nous parler de votre his-toire. J’aimerai beaucoup lire votre livre.

Coralie – Votre témoignage m’a beaucoup émue, vous avez eu une enfance difficile et une vie que l’on ne souhaite à personne de vivre. Mais malgré ça, vous n’avez jamais baissé les bras et vous avez gardé la joie de vivre.
Je vous remercie d’être venue pour nous faire connaître votre vie.
Vous m’avez beaucoup touchée et vraiment intéressée. Grâce à vous, je me suis rendu comte que partout dans le monde il y a des souffrances cachées.

Emilie – Pour ma part, je trouve que votre vie a été faite de mal-chance et que vous aviez eu beaucoup de courage pour continuer à avancer dans la vie
Je trouve que vous avez du courage de sourire encore aujourd’hui.
Le fait de voir son grand père mourir et de devenir esclave de la belle-mère et de se faire exploiter par sa sœur et subir l’harcèlement de son beau-frère… il faut être forte et déterminé pour surmonter tout ça. Et comme si tout cela ne suffisait pas, votre mari a arraché vos enfants.
Je vous admire d’avoir tant de courage. Je vous souhaite pour la suite beaucoup de bonheur, car vous le méritez.

Audrey – Tout d’abord, je vous remercie de votre témoignage, de votre force ainsi que votre courage. Votre histoire me touche droit au cœur. Je me rends compte que moi, petite Française insatisfaite que je suis, ne devrait pas l’être. J’espère de tout cœur que maintenant votre vie serait parsemée de chance, de bonheur, de joie et de jolis moments.
Vous êtes une femme admirable, courageuse et battante. Votre joie de vivre et votre sourire sont magnifiques…

Florie-Lou Ocquidan – Je tenais à vous remercier d’être venue vous présenter devant nous et de nous avoir dévoilé votre vécu.
J’ai trouvé votre intervention très intéressante et très choquante en partie.
J’espère tous les malheurs qui sont arrivés dans la vie vous avez à présent un peu plus de chance et que vous trouviez enfin l’amour d’un homme bien et honnête.
Merci encore.

Manon ROYER – Ce qui m’a beaucoup touchée lors de votre té-moignage, c’est quand vous avez évoqué la période où vous étiez soumise par votre belle-mère, ce qui m’a fait le plus de mal c’est quant votre ex-mari vous a battue toute une nuit et que vous ne revoyez plus vos enfants. J’ai bien aimé votre témoignage, ça m’a intéressé. Je vous encourage à vous battre dans la vie. Je vous remercie d’être venue dans l’établissement pour témoigner.

Charlotte – Votre témoignage m’a beaucoup surprise car derrière votre grand sourire je n’aurais imaginé qu’une telle vous vous serait arrivée. Je vous trouve très courageuse avec la vie que vous avez eue et de pouvoir la partager avec d’autres personnes. Cela m’a donné l’envie de lire votre livre. Je vous remercie beaucoup pour votre té-moignage.

Claire – Votre venue m’a fait du bien, elle m’a fait découvrir que chaque personne, quelque soit leur milieu, vivent différemment, ont différentes coutumes et différentes histoires.
Le récit de vos 70 ans de vie m’a beaucoup touchée. Je vous avoue-rai même qu’à des moments, j’ai versé quelques larmes sur le fait que votre mari avait tout fait pour que vous ne voyiez plus vos enfants. J’ai été aussi surprise, je dirai même bouleversée d’entendre que votre belle-mère vous considérait comme une employée de maison alors que vous étiez toute jeune.
Votre intervention m’a ouvert les yeux, c’est avec compréhension et une grande curiosité que je voudrais visiter le Vietnam. Plus précisément votre village appelé Baie d’Along terrestre et aussi le lieu où le dragon a fait chuter les rochers.
Je vous ai trouvé très courageuse, votre vie est une histoire triste mais malheureusement vraie et j’en ai vraiment mal au cœur pour vous. Je vous souhaite une bonne continuation dans votre vie en espérant que le malheur cesse de s’acharner sur vous.

Lycée Henri Bergson, Paris 19è
Décembre 2010

Quentin – Je voudrais vous dire que votre récit a été passionnant, émouvant et triste à la fois. A certain endroit, votre vie m’a fait penser à celle de ma mère. J’ai été surpris par votre âge. Je vous croyais bien plus jeune. En tout cas, je trouve que vous êtes très forte mentalement, car vous avez su rebondir malgré beaucoup de malheurs et cela vous a rendue plus forte.

Raphaël – Votre histoire m’a marqué. Je voudrais vous revoir pour vous poser des questions. Vous avez eu une destinée négative vis-à-vis de votre marâtre et de votre sœur. Après tout ce qu’on vous a fait, vous leur avez pardonné ? Aimez-vous encore votre mari ? Après votre di-vorce vous lui avez laissé votre maison, c’est un risque d’amour ?
Que Dieu vous garde.

Je remercie Frédéric PRAUD, Directeur de l’Association « Paroles d’Hommes et des Femmes » – 100 témoins 100 écoles – et tous les dirigeants des établissements scolaires, de m’avoir permis de rencontrer les élèves des Lycées et Collèges de France pour leur faire découvrir, à travers ma vie, le Vietnam et son peuple ainsi qu’une petite parcelle de son histoire, de ses traditions, de ses coutumes et de ses moeurs…

J’adresse également mes remerciements à tous les jeunes qui ont participé aux témoignages et qui ont ensuite, consacré leur temps à m’écrire des lettres très émouvantes et encourageantes… J’exprime toute mon admiration quant à l’amour et à la sensibilité qu’ils font preuve, en saisissant toute la profondeur morale du récit, puis en avoir tiré des conclusions positives face à la souffrance d’autrui.

Vu le grand nombre de lettres reçues, je n’ai pu publier que celles qui ont un rapport direct avec le récit en y effectuant quelques coupures, afin de conserver sa valeur authentique tout en respectant la confidentialité du document.

Contact : Tél. 06 70 69 30 12
mai_ling11@yahoo.fr - mailing-6msens.blogg.org

Frederic Praud - Paroles d’Hommes et de Femmes - 10 rue Lamblardie, 75012 Paris - 06 32 53 16 06

http://www.lettresetmemoires.net/

http://www.parolesdhommesetdefemmes.fr/

http://www.facebook.com/Editions.AKAI#/video/?id=1738029585

http://www.lettresetmemoires.net/bandes-dessinees-200041.htm

http://www.lettresetmemoires.net/exposition-parcours-migrants.htm

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.