ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > Education , 100 TEMOINS 100 ECOLES : La Mémoire source d’action (...) > Textes et mots d’élèves > Lycée Victor Hugo - Besançon > Des lycéens à la rencontre de migrants...

Parlons nous !

Des lycéens à la rencontre de migrants...

Lycée Victor Hugo, Besançon

mercredi 17 octobre 2007, par Frederic Praud

Le projet Parlons Nous est mené par Alain Gagneux, Professeur d’information et communication au Lycée Victor Hugo de Besançon.

Un projet proposé aux élèves de Première S.T.G. C2 du lycée Victor-Hugo de Besançon(professeur : Alain Gagnieux, Information et Communication)
La mémoire des migrants

Ce projet vise à valoriser la mémoire des migrants aînés francophones directement auprès des jeunes et de l’Éducation Nationale, faire témoigner des migrants francophones, devant des jeunes français scolarisés, sur leur parcours de migration de leur pays d’origine à leur lieu de vie en France.….
Pour une transmission intergénérationnelle
Ce type de projet a pour objectif de resserrer les liens entre les jeunes et leurs aînés, décloisonner les générations, redonner un rôle social à la mémoire et l’intégrer à l’Éducation Nationale, mettre en scène cette mémoire et créer des événements culturels dans les établissements scolaires avec cette matière.

http://perso.orange.fr/alain.gagnieux/stt/parlonsnous/parlons_nous.htm

Histoires de lycéens !
D. H. est originaire de la République serbe de Bosnie.
Élève du lycée Victor Hugo de Besançon,
elle est arrivée en France en 2001
Juin 2006

J’ai pris un bout de papier pour raconter un peu la vie par laquelle je suis passée jusqu’à aujourd’hui et pour offrir la chance aux autres de la lire. Ce sont les problèmes et la misère qui me poussent à le faire.

Je suis née le 21 juillet 1987 à Sarajévo, Bosnie et Herzégovine. Avec mes parents et mon frère, j’habitais dans mon village, commune Milici, jusqu’en 1992. Au printemps 1992, début d’avril, nous partons à Sarajévo en raison d’une fête, chez le frère de ma mère qu’on avait envie de voir aussi. Moi j’avais que 4 ans et demi. Je n’ai jamais pu imaginer ce qui m’attend dans la vie, mais j’étais très petite pour y penser et penser que je ne pourrai jamais retourner dans notre village et maison. Tout le reste de l’histoire était difficile.

La guerre commence, il y a des bombardements partout, de tous les cotés. Moi, avec mes parents et beaucoup d’autres gens, nous fuyons dans des cours pour se cacher des bombardements. Dans cette foule de gens, il y avait encore beaucoup des enfants, c’était l’horreur ! Depuis, je n’ai jamais retrouvé le sommeil et je ne sentais plus la joie. La situation devenait de chaque jour de plus en plus difficile, et de chaque jour en jour il y avait de moins en moins de la nourriture ; la faim commence. Les années passaient dans ces conditions difficiles, sans nourriture, eau, électricité, etc... Nous nous déplaçons, nous sommes réfugiés sans aucune chance et malheureux. Nous vivions comme çà, tous les jours en espérant mieux. On n’a pas pu retourner dans notre village, car il a été déjà occupé, brûlé, détruit du coté des forces serbes, et de plus nous y risquons des représailles, maltraitances, mort...

On a changé d’hébergement plusieurs fois, car nous n’avons pas pu rester chez le frère de ma mère, l’appartement était petit et nous étions beaucoup.
Je regardais ma mère pleurer pendant des jours, et moi je pleurais car ça me faisait mal de la voir dans cet état dans lequel elle se trouvait, et tout çà à cause de nous, moi et mon frère. J’ai demandé à ma mère s’il existe des enfants qui vivent tranquillement et sans problème, elle m’a répondu que oui.

Nous sommes arrivés en France, en février 2001. Moi et mon frère nous avons commencé à aller à l’école, et çà me faisait plaisir. Je regardais autour de moi des enfants contents, pleins de vie et ça me donnait un espoir.
Mes problèmes continuent toujours. Depuis que je suis en France, j’ai déménagé sept fois, et c’est déjà la sixième année que je n’ai pu trouver la tranquillité.
Il n’est pas facile d’être réfugiée.
Aujourd’hui j’ai 18 ans et demi, je fréquente régulièrement l’école, et je suis au lycée général Victor Hugo. Je veux devenir quelqu’un dans la vie malgré mon passé ».

http://perso.orange.fr/alain.gagnieux/stt/parlonsnous/bio_eleves/dinka.htm


Voir en ligne : La Bande Dessinée : Les Migrants

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.