ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > X BD sur les migrants depuis un siècle. > LA BANDE DESSINÉE MIGRANTE - répertoire > La Bande Dessinée pour les collectivités / institutions / FLE > D’une rive à l’autre, le livre

D’une rive à l’autre, le livre

CCAS de Besançon

vendredi 19 mars 2010, par PHF

"Cette fiche fait partie du répertoire de la bande dessinée migrante créé par Paroles d’Hommes et de Femmes. Ce répertoire est destiné aux enseignants, éducateurs, associations, collectivités qui souhaitent utiliser la BD ayant pour thèmes la migration, l’altérité, l’intégration, comme une source de lien social et d’action éducative"


Contexte :

La Ville de Besançon a initié, dans le cadre du CCAS, une démarche globale et transversale visant à mieux prendre en compte et à concourir au changement du regard sur le vieillissement. Tous les vieillissements, pourrait-on dire, puisque la qualité de vie de la personne vieillissante est étroitement liée à la qualité de vie connue précédemment.

Ainsi s’est posée la question du vieillissement "spécifique" de la population issue de l’immigration. En 2003, Le CCAS a missionné une anthropologue afin de conduire un travail d’enquête auprès de plusieurs habitants retraités des foyers SONACOTRA de Besançon et de femmes du quartier de Montrapon. Les témoignages recueillis, mémoires d’immigrés, ont été présentés lors des "Rendez-vous de l’âge" d’octobre 2003.

Afin de donner une reconnaissance à ces paroles, de les confronter à la vision des jeunes des quartiers et d’en permettre leur transmission, la réalisation d’un recueil intitulé "D’une rive à l’autre" à l’Atelier Patrimoine géré par l’association La Fraternelle à Saint-Claude (39) a été décidé.

Description :

L’action mise en place à Besançon s’adresse aux retraités immigrés résidant en foyer SONACOTRA, aux jeunes bisontins suivis par l’ADDSEA (Association Départementale du Doubs de Sauvegarde de l’Enfant à l’Adulte), les membres du conseil des sages de Besançon, mais également l’ensemble du public bisontin.

La création d’un recueil a été réalisée à partir des paroles de vieux immigrés résidant en foyer SONACOTRA et de femmes issues de l’immigration, collectées par une anthropologue. La conception, l’illustration et l’impression de cet ouvrage ont été produites par un groupe composé de résidants âgés des foyers SONACOTRA, de jeunes suivis par l’ADDSEA (prévention spécialisée) et de membres du conseil des sages de Besançon dans le cadre d’un atelier d’écriture mené dans les locaux de l’Atelier Patrimoine de la Fraternelle à Saint-Claude (39).

Déroulement :

1) Préparation de l’automne 2004 au printemps 2005
Des réunions préparatoires ont eu lieu à l’automne 2004 en présence des diverses institutions partenaires. Ces réunions ont permis de travailler le projet et préparer le déplacement à la Fraternelle.
En début d’année 2005, ces réunions se sont déroulées à la cafétéria du foyer SONACOTRA, pour permettre de lier connaissance entre les habitants du foyer, les membres du conseil des sages et les jeunes. Régulièrement six à huit habitants du foyer, deux à trois jeunes et plusieurs membres du conseil des sages (commission mémoire et transmission) étaient présents. Pour permettre de rassembler l’ensemble du groupe, les rencontres se sont déroulées le samedi. Elles ont constitué un premier temps fort de rencontres et d’échanges.
La constitution du groupe a suscité des craintes quant aux difficultés possibles :
* intégration au groupe,
* démissions possibles,
* difficultés liées au déplacement des anciens et à leurs habitudes de vie,
* interrogations quant aux contacts entre jeunes et anciens.

Mais aussi des espoirs quant aux attentes des participants :
* les jeunes envisageaient leur participation comme une aide à apporter aux anciens dans l’écriture, la conception du recueil et dans les travaux d’impression,
* les sages, dans le cadre de la commission "mémoire et transmission", voulaient engager une action favorisant la transmission entre les différentes générations issues de l’immigration.

2) Le séjour à Saint Claude du 11 au 15 avril 2005
Le groupe participant au séjour était composé de onze personnes :
* deux résidants âgés des foyers SONACOTRA,
* trois résidants ayant décliné l’invitation (deux pour cause de départ au pays, un pour maladie),
* quatre jeunes suivis par l’ADDSEA sur le secteur de la Grette, (une jeune fille a également décliné l’invitation au dernier moment),
* deux membres du conseil des sages,
* une anthropologue ayant collecté les paroles des anciens,
* deux accompagnateurs institutionnels (une éducatrice ADDSEA, un agent du CCAS).

Le groupe était accompagné à Saint Claude par le plasticien en charge de l’Atelier Patrimoine.

Deux cahiers de seize pages sérigraphiées illustrant les témoignages des anciens, un cahier réunissant les témoignages des jeunes sous forme d’un "journal de bord" et une couverture, également sérigraphiée, ont été produits à partir de la découverte des paroles des anciens et des échanges qui en ont suivis.

Présentation du livre "D’une rive à l’autre" :
Les éléments produits durant le séjour, les paroles des anciens, support du projet, des éléments introductifs et historiques ont été compilés et confiés à une entreprise bisontine afin d’être reliés.

L’ouvrage, tiré à 175 exemplaires a été présenté dès le premier juin 2005 dans le cadre du colloque "L’intergénération en marche d’Angers" et a également été présenté aux élus, aux médias et au public bisontin à la rentrée 2005. Il a fait l’objet, à l’automne 2005 et fera encore l’objet durant l’année 2006, d’actions de sensibilisation dans les différents quartiers de la ville (conférence-débats, expositions, etc.).

Moyens :

Moyens humains :
- deux accompagnateurs institutionnels : une éducatrice ADDSEA et un agent du CCAS (séjour à Saint Claude),
- une anthropologue (chargée de la collecte des paroles des anciens), - un plasticien (en charge de l’atelier patrimoine),
- des membres du conseil des sages et la responsable du conseil des sages.

Moyens financiers :
Budget année 2005 :
Dépenses : 18 010 Euros
Copie DVD, réalisation du recueil, rémunération du plasticien, hôtellerie, repas et transports, rémuration de l’anthropologue, charges de structures (travail des personnes et des charges du CCAS), accompagnement (charge salariale de l’agent de développement).
Recettes : 18 010 Euros
Subvention FASILD : 6 000 Euros, subvention REUNICA : 7 500 Euros, CCAS : 4 510 Euros.

Bilan :

Ce séjour a permis de mettre en valeur :
* pour les habitants du foyer SONACOTRA :
- des capacités à participer à une action collective en s’intégrant dans un groupe comprenant des personnes d’origines socioculturelles différentes, à quitter leur foyer et leurs repères pendant une semaine,
- des capacités à entrer en relation avec des jeunes des quartiers issus du même pays qu’eux,
- la joie d’avoir pu transmettre à ces jeunes des éléments de leur histoire commune,
- les raisons profondes de leur détresse, engendrée par un sentiment de non reconnaissance de leur travail par la France,
* pour les jeunes :
- leur capacité à adhérer à un groupe, à participer à la vie du groupe, à écouter les autres,
- les besoins de retrouver leur origine et leur histoire (dont ils ne parlent pas en famille),
- l’attention qu’ils portent aux anciens dès qu’ils les connaissent,
- leur capacité à entendre des opinions différentes sur leur histoire récente,
* pour les "sages" :
- leur implication dans la réalisation d’un projet, - la pertinence de leurs propos pour favoriser les relations dans le groupe,
- la capacité de prendre de la distance avec leur propre vécu de la guerre d’Algérie, de pouvoir en discuter objectivement tout en expliquant leur ressenti.

Estimation CCAS :

Ce projet a notamment permis :
* de fédérer des énergies et des compétences autour d’un projet original construit autour de publics dont la parole est souvent peu prise en compte,
* de consolider un partenariat entre le CCAS et des structures extérieures : ADDSEA, SONACOTRA,
* de permettre la transmission d’une partie de la mémoire de l’immigration, aux jeunes ayant participé à la réalisation du livre d’une part, et à l’ensemble du public qui y aura accès d’autre part,
* de valoriser les connaissances et les compétences de publics peu reconnues et souvent stigmatisées : intégration au groupe et vie en commun, qualités d’écoute, créativité, etc.

Source : http://www.unccas.org/banque/default.asp?id=721&cle=migration


Bande dessinée à utiliser dans le cadre du FLE, des cours d’histoire et autres... :
http://www.lettresetmemoires.net/parcours-migrants-tome-i-demande-pour-un-seul-exemplaire-reception-par-courrier.htm


Voir en ligne : La Bande Dessinée : Les Migrants

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.