ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > X BD sur les migrants depuis un siècle. > LA BANDE DESSINÉE MIGRANTE - répertoire > "L’été 63", Linh eurasienne déracinée

Le passé d’un père étranger

"L’été 63", Linh eurasienne déracinée

Édition Vents D’ouest

mardi 16 mars 2010, par PHF Rédacteur

"Cette fiche fait partie du répertoire de la bande dessinée migrante créé par Paroles d’Hommes et de Femmes. Ce répertoire est destiné aux enseignants, éducateurs, associations, collectivités qui souhaitent utiliser la BD ayant pour thèmes la migration, l’altérité, l’intégration, comme une source de lien social et d’action éducative"


Auteur : Bourgne Marc

Dessin : VoRo

Éditeur : Vents D’ouest

Parution : 03/2009

Nb Pages : 48

Résumé : Un récit tout en nuances et délicatesse sur la difficulté de communication entre un père et son fils. Une histoire familiale poignante dans le décor grandiose des paysages du Livradois-Forez.

Parti d’un Vietnam en proie à la violence, le récit entamé dans L’été 63 nous emmène dans le Paris des “yéyés” avant d’aboutir à Saint-Roch, un village au cœur de l’Auvergne. C’est là que Linh, jeune Eurasienne déracinée, découvre les membres de sa famille française, avec qui elle va devoir apprendre à vivre : son père Paul, un médecin militaire incapable d’exprimer ses sentiments, sa grand-mère Louise, fermière auvergnate solide et douce, et son demi-frère, qui accepte difficilement l’irruption dans sa vie d’une sœur dont il ignorait jusqu’alors l’existence. L’histoire touchante d’un fils qui découvre la vérité sur le passé de son père…

Chronique : Arrachée à la guerre qui se trame au Vietnam, Linh est rapatriée par Paul – son père - vers Paris. L’arrivée de cette demi-sœur dont il ignorait tout trouble profondément Jeannot. Ce dernier, en pleine crise d’adolescence, accepte mal la venue de cette étrangère dans le giron familial. Dans le but d’apaiser les tensions, Paul décide d’emmener tout le monde en Auvergne, chez sa mère.

Dans L’été 63, Marc Bourgne ( Frank Lincoln, Dernière frontière) mêle avec beaucoup d’intelligence différents thèmes classiques : l’acceptation de l’autre, l’adolescence et le rôle de la famille. Bourgne s’est particulièrement attaché à créer des personnages crédibles. Le résultat rend bien compte de ce travail préparatoire. Paul, très inquiet pour ses enfants, hésite en permanence entre douceur et fermeté. Jeannot, véritable tête de mule de seize ans, reprend la description traditionnelle de l’adolescent : incompréhension et mal de vivre. Linh, encore sous le choc des évènements violents dont elle a été le témoin, découvre peu à peu son nouvel environnement. Ce processus, fait de hauts et de bas, est toujours montré d’une façon très convaincante. Petit bémol : le rythme parfois très lent. Le scénariste – sans doute dans un souci de précision – s’attache avec un peu trop d’insistance à décrire différents éléments narratifs déjà bien établis.

Le gaspésien Voro (Tard dans la nuit) recrée avec beaucoup d’aisance aussi bien l’atmosphère du Paris des années 60 que celle de la campagne auvergnate. Son dessin et sa réalisation font beaucoup penser aux travaux de Jean-Pierre Gibrat. L’esprit est peut-être le même, mais Voro possède un style bien posé et un sens de la construction très solide.

Premier tome prometteur, L’été 63 ne bouleverse pas les genres établis et offre un bon moment de lecture... estivale.


A. Perroud

Source : http://www.bedetheque.com/serie-20025-BD-Ete-63.html


Voir en ligne : La Bande Dessinée : Les Migrants

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.