ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > X BD sur les migrants depuis un siècle. > LA BANDE DESSINÉE MIGRANTE - répertoire > "Les aventures de Boro, reporter photographe", l’Europe de la Seconde Guerre (...)

Un reporter en pleine guerre !

"Les aventures de Boro, reporter photographe", l’Europe de la Seconde Guerre Mondiale

Édition Casterman

mardi 6 juillet 2010, par PHF Rédacteur

"Cette fiche fait partie du répertoire de la bande dessinée migrante créé par Paroles d’Hommes et de Femmes. Ce répertoire est destiné aux enseignants, éducateurs, associations, collectivités qui souhaitent utiliser la BD ayant pour thèmes la migration, l’altérité, l’intégration, comme une source de lien social et d’action éducative"


Auteur : Dan Franck

Dessin : Marc Veber

Éditeur : Casterman

Collection : Ligne rouge

Parution : 01/2007


Tome 1 La Dame de Berlin I

Planches : 46

Parution : 01/2007

Résumé éditeur : Paris, 1932. À “La Closerie des Lilas”, rescapé d’un esclandre qui l’a opposé à des partisans de l’extrême droite, le jeune Blemia Borowicz, reporter-photographe, réussit à convaincre le célèbre Ettore Bugatti de lui prêter sa plus belle voiture, la Bugatti Royale. À son bord, en compagnie de l’extravagant chauffeur africain du constructeur, Scipion, il se rend d’urgence en Allemagne, à Munich. Il va s’efforcer d’y retrouver la cousine avec laquelle il a grandi et dont il demeure secrètement amoureux, Maryika Vremler, devenue de son côté l’une des nouvelles vedettes du cinéma allemand en plein essor.

Source : http://bd.casterman.com/albums_detail.cfm?id=2631

L’histoire : A Paris, en 1932, Blemia Borowitz, un jeune reporter photographe franco-hongrois boiteux, entre dans un bar. Après une brève altercation avec des partisans d’extrême droite, il aborde un homme attablé. Il s’agit d’Ettore Bugatti, père de la lignée éponyme de voitures. Boro lui montre une photo prise l’après-midi même : la Bugatti Royale, en panne, au bois de Boulogne. Avec un certain culot, il monnaye ce cliché honteux contre un petit service : il demande à être conduit dans ce véhicule de luxe, jusqu’à Berlin. Un sourire au bord des lèvres, Bugatti accepte et met à sa disposition son propre chauffeur, un Africain nommé Scipion. Voyage faisant, les deux hommes sympathisent. Boro explique que l’objet de l’excursion est de retrouver sa cousine, la belle Maryika Vremler, qu’il n’a pas vue depuis 5 ans, et dont il est toujours amoureux. Entre temps, Maryika est devenue une actrice célèbre du cinéma allemand. Elle doit notamment être présente pour la première de son nouveau film, le lendemain soir à Munich. Dès l’arrivée de Scipion et Boro dans cette ville où s’affichent les croix gammées, les deux hommes s’affranchissent des usages avec une certaine impertinence…

Chronique : Après avoir fait l’objet d’une série télé dans les années 90, voilà à présent le roman de Dan Franck et de Jean Vautrin adapté en BD. Comme l’annonce l’éditeur Casterman, chaque volet de ce grand feuilleton littéraire fera l’objet d’une adaptation en trois volumes de 46 planches. Les fans de l’œuvre originale retrouveront peut-être dans ce premier épisode l’atmosphère et les personnages des romans, mais il faut reconnaître que pour le moment, l’adaptation manque un peu de relief. Elle a néanmoins le mérite de nous présenter les principaux protagonistes, Boro, Maryika et Scipion, et un cadre tourmenté, l’Allemagne à la veille du nazisme. Si la dérision dont fait preuve Boro est plutôt sympathique, le rythme est un peu « mou », et certaines séquences sonnent faux (le pugilat du début). On retrouve pourtant au générique de cette adaptation un certain Enki Bilal (pour le story-board). Mais s’il fut en son temps illustrateur des couvertures du roman, il n’en réalise pas cette version BD. Au dessin, Marc Veber, un jeune dessinateur talentueux dont c’est ici le premier album, fait montre d’un style réaliste très classique. Son trait soigné et élégant ne parvient pourtant pas à empêcher une certaine rigidité, qui restreint un peu le souffle romantique recherché. Des arrières plans détaillés et des épaisseurs de traits plus « grossiers » aux premiers plans, prouvent également un manque de spontanéité graphique. De même, quelques postures un peu bizarres lui laissent une certaine marge de progression. Vu les acquis déjà maîtrisés, nul doute que les épisodes à venir gommeront ces légères imperfections.

Benoit Cassel

Source : http://www.planetebd.com/BD/bande-dessinee-boro-reporter-photographe-les-aventures-de--2751.html


Tome 2 La Dame de Berlin II

Planches : 45

Parution : 10/2007

Résumé éditeur : Blémia Borowicz, dit “Boro”, né d’un père français et d’une mère hongroise, est un jeune reporter-photographe installé à Paris au tout début des années 30. Blessé à la jambe au cours de sa jeunesse, il boite et ne se sépare jamais de sa canne. Ce handicap ne l’empêchera pas, Leica à la main, d’être sur le front de tous les tumultes qui secouent l’Europe au fil de ces années-là et de vivre, en témoin privilégié, l’Histoire en direct. Une grande série romanesque qui fait vibrer les passions humaines à l’unisson des convulsions tragiques du XXe siècle. Chacun des romans du grand feuilleton littéraire de Dan Franck et Jean Vautrin sera l’objet d’une adaptation en trois volumes de 46 planches.

Source : http://bd.casterman.com/albums_detail.cfm?id=4407

L’histoire : Apprenti reporter d’origine hongroise, Blémia Borowitz, alias Boro, est de retour à Paris. Il a laissée à Berlin sa cousine Maryika Vremler, vedette en vogue pour le cinéma allemand dans ces années 30, sur le tournage de son nouveau film. Il a beau être amoureux d’elle, cela ne l’empêche pas de coucher avec la fille de sa concierge, à l’insu de cette dernière, qui le recherche pour 4 mois de loyers impayés. En journée, Boro travaille au labo photo de l’agence Fiffre, mais les chambres noires ne le passionnent guère… Il attend impatiemment de pouvoir couvrir son premier vrai reportage photo avec l’appareil moderne que lui a offert Maryika, un Leica modèle C. Ce souhait sera bientôt exhaussé : son patron passe le prendre pour se rendre à l’hôtel Rothschild : on vient d’y assassiner le président Paul Doumer ! Boro ignore encore que sur la toute première pellicule qu’il a saisie involontairement en Allemagne dans la boutique du photographe, figure un dénommé Adolph Hitler en train d’embrasser une dame ! D’ailleurs à Berlin, Mryika reçoit une visite musclée de la Gestapo, à la recherche de ces clichés. Elle parvient néanmoins à garder le secret et son intégrité, et à faire envoyer la pellicule à Paris, ignorant elle aussi ce qu’elle contient…

Chronique : Dan Franck poursuit ici l’adaptation scénaristique en BD de la série éponyme qu’il a créée en 1987 en compagnie de Jean Vautrin. Chaque roman de ce feuilleton littéraire fera en effet l’objet d’une trilogie. On retrouve avant tout le dessin de Marc Veber, jeune dessinateur talentueux, qui réalise des planches réalistes d’une rare élégance. Un bémol toutefois, concernant des différences de « focale » encore bien disparates : l’épaisseur des traits ne suit pas forcément la logique des premier / arrière plans. Si le découpage et le rythme sont impeccables, ce détail est symptomatique d’un recours abusif aux zooms. De même, la colorisation use beaucoup d’aplats, notamment sur les visages. Un soutien ombré ajouterait de la profondeur et mettrait peut-être en valeur la douceur du crayonné de Veber. Car bizarrement, eu égard à l’époque tourmentée (Hitler vient de se faire élire chancelier, les croix gammées fleurissent un peu partout, les incursions de la Gestapo se font communes), l’atmosphère de cette histoire est feutrée, chaleureuse… romantique puissance 10 ! Boro est un pur héros exalté, un peu dévergondé même, mais profondément humain. Séparé de Maryika, il n’en poursuit pas moins ses sourires énigmatiques, ses œillades à l’attention d’autrui (tout comme elle)… Ces attitudes équivoques viennent un peu en décalage avec le cœur de l’intrigue, à savoir la fameuse pellicule sur laquelle figure Hitler embrassant une dame. Cette anecdote concluait le premier tome, elle fait ici tout le sujet de cette suite… et plus encore à venir !

Benoit Cassel

Source : http://www.planetebd.com/BD/bande-dessinee-boro-reporter-photographe-les-aventures-de--3756.html


Tome 3 La Dame de Berlin III

Planches : 46

Parution : 10/2008

Résumé éditeur : 1933. Alors que le chancelier Adolf Hitler vient d’accéder au pouvoir en Allemagne, Boro, grâce aux photos du chef du parti nazi réalisées à Berlin, réalise enfin son rêve : travailler comme photographe professionnel. Un travail qui le conduit à croiser de nouveau la route des activistes qui font la promotion des idées d’extrême droite sur tout le continent. Bientôt, Boro découvre qu’une organisation secrète, Parsifal, structure clandestinement les dangereux projets de ces militants nationalistes partout en Europe. Il identifie même, inopinément, l’homme de l’ombre qui dirige Parsifal : rien moins que l’un des familiers de sa bien aimée cousine l’actrice Maryika Vremler, là-bas, dans la capitale du Reich… Le photographe, dès lors, n’hésite plus. Convaincu à juste titre que Maryika est en grand danger, Boro fonce à Berlin en dépit des risques qu’il y court lui-même, et enlève la jeune femme alors que le piège nazi allait se refermer sur elle. Une folle course-poursuite s’engage… Troisième et dernier volume de La Dame de Berlin, le premier cycle de l’adaptation en bande dessinée du best-seller de Franck et Vautrin. Un sans-faute.

Source : http://bd.casterman.com/albums_detail.cfm?id=23794


L’histoire :
Janvier 1933. L’Allemagne acclame le nouveau Chancelier du Reich, Adolph Hitler. Blèmia Borowicz vient de prendre du galon et peut enfin utiliser la signature de « Boro reporter » à bon escient. Cette fameuse photo qu’il a prise du Führer à Berlin offrant des fleurs à une certaine Eva Braun, alors qu’il n’était encore que Caporal, lui évite de peu le renvoi de l’Agence Iris et lui assure une sérieuse promotion en tant que bras droit du patron. Les ennuis financiers de ce hongrois immigré à Paris sont désormais terminés. Pendant ce temps, sa cousine Frau Maryka Vremler, berlinoise et actrice professionnelle reconnue, n’arrive pas à se faire à l’avènement du nazisme. Sa véhémence envers le parti, ainsi que les photos publiées par son cousin, lui valent une surveillance toute particulière de la part de la Gestapo. Cela ne l’empêche pas de cacher dans son grenier un jeune et beau révolutionnaire communiste. Alors qu’il réalise enfin son rêve de reporter, Boro ne tarde pas à être mis sur la piste d’une société secrète, Parsifal, qui semble tirer les ficelles du Reich. Ces fameux clichés d’Hitler en train de peloter une fleuriste, semblent toujours fortement les intéresser. Et pas seulement à cause du Führer…

Chronique : Ce 3e épisode de Boro marque la fin du cycle « La dame de Berlin ». Plus qu’une conclusion, cet album marque aussi le passage à une production plus soignée. Le dessin de Marc Veber, désormais légèrement plus fin, est alors mis magnifiquement en avant par une colorisation très travaillée du « Studio Sept Epées » et de Li Ge. Dès lors, le graphisme prend une autre dimension, la transition étant d’autant plus perceptible concernant les personnages. Certes, ce n’est peut être que du maquillage, mais ce nouveau look sied superbement au ton de la série et donne beaucoup de plaisir à l’œil. Au scénario, Dan Franck et Jean Vautrin ne sont pas en reste et proposent une fin palpitante à ce premier cycle. Tout en maintenant un rythme soutenu, les auteurs prennent le temps de développer la psychologie des personnages, ce qui apporte la profondeur attendue à ce roman des années 30 très encré dans l’Histoire. Ainsi donc, Boro réussit son premier examen haut la main, et promet beaucoup pour le futur.


Antoine Jouglet

Source : http://www.planetebd.com/BD/bande-dessinee-boro-reporter-photographe-les-aventures-de--6672.html


Voir en ligne : La Bande Dessinée : Les Migrants

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.