ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > X BD sur les migrants depuis un siècle. > LA BANDE DESSINÉE MIGRANTE - répertoire > "Noir & blanc en couleurs", le quotidien d’un migrant en (...)

Intégration migration

"Noir & blanc en couleurs", le quotidien d’un migrant en Europe

Édition Ed. Roymodus

mardi 16 mars 2010, par PHF Rédacteur

"Cette fiche fait partie du répertoire de la bande dessinée migrante créé par Paroles d’Hommes et de Femmes. Ce répertoire est destiné aux enseignants, éducateurs, associations, collectivités qui souhaitent utiliser la BD ayant pour thèmes la migration, l’altérité, l’intégration, comme une source de lien social et d’action éducative"


Auteur : Edoardo DI MURO

Éditeur : Ed. Roymodus

Parution : 11/2009

Résumé : Le difficile périple d’un migrant venu d’Afrique noire occidentale jusqu’en Europe, puis les luttes au quotidien en butte au racisme, aux réseaux truands, au déracinement… Un album à l’esthétique et aux propos dérangeants. Atypique et éclairant.

L’histoire : De nos jours en Afrique noire occidentale. Par une belle journée dans un village perdu dans la campagne. Une femme vient voir le sage du village (alors occupé à travailler aux champs). Elle s’inquiète car voici plusieurs saisons que son fils est parti pour l’Europe sans plus donner de nouvelles. Les testicules d’un coq sacrifié révèlent que Tyara – le fils en question – « ne vit pas en paix ». Une autre sage femme du village confirme le présage : l’homme est en danger, perdu au pays des Blancs. Pour l’immigré noir fraîchement arrivé en Europe, la vie n’est pas facile. Pour ceux qui ont la chance d’avoir des papiers, la date de péremption du permis de séjour est chaque fois rappelée – avec un certain plaisir parfois – par la police lors des contrôles. Le travail à l’usine – quand il n’est pas au noir – est une astreinte de tous les jours pour un salaire de misère. Difficile d’imaginer pourquoi, il y a 5 ans auparavant, Tyara roulait dans la benne d’un camion travaux, en plein désert en plein soleil, avec une trentaine de ses frères et sœurs. Les passeurs arabes les rançonnaient de mèche avec les autorités locales. Nombre des migrants ne virent pas le bout du voyage : morts de soif au désert, passés par-dessus bord à l’approche d’une vedette des carabiniers au large des côtes siciliennes ! De surcroît, la plupart des rescapés furent au final récupérer par la police italienne une fois poser le pied sur le sol de l’île. Destination : retour au bercail. Tout cela pour rien. Sauf pour Tyara et deux autres qui, par chance, réussirent à passer entre les mailles du filet. Mais ils n’étaient pas au bout de leur peine…

Critique : Il est écrit que le jour où les Africains ouvriront les yeux, beaucoup de choses changeront (p. 86). Le jour où l’Afrique s’éveillera, à l’instar de la Chine (?), alors…

Surnommé l’Africain blanc par son ami, l’artiste musicien Manu Dibango, Edoardo Di Muro est un amoureux du continent noir. Amoureux de ses paysages riches en nuances et couleurs, amoureux des peuples indigènes qui le composent, amoureux de leurs croyances et modes de vie. Au travers du périple – heureusement pour lui temporaire ! – du jeune Tyara en Italie puis en France, Di Muro retrace le parcours cruel de nombre de migrants, attirés par les sirènes de l’Occident puis confrontés au racisme et aux « esclavagistes » modernes de toute sorte (passeurs, proxénète, patrons félons, etc.). Le récit de près de 80 pages prend le temps de son propos sans jamais s’attarder inutilement ni se complaire dans le drame. Réaliste quant à la précarité d’une situation honteuse, l’histoire fait place aussi aux joies présentes à l’espérance d’un avenir meilleur. Si l’homme exploite souvent son frère dans le cadre de la mondialisation, des solidarités existent – des liens se tissent – qui accouchent d’un métissage riche et précieux. Lucide et visionnaire, l’auteur offre en outre une singularité graphique atypique, faite d’une mosaïque de tons sur un trait bizarrement retors, disséqué comme chirurgical. Dérouté d’abord, le lecteur s’y habitue par la suite et finit par en apprécier les qualités. Un vrai travail d’artiste pour un album à la suite annoncée : L’Esprit de la savane. Question d’identité – de racines – sans doute…

Joseph Arrouet

Source : http://www.planetebd.com/BD/bande-dessinee-Noir-et-blanc-en-couleurs-9279.html


Voir en ligne : La Bande Dessinée : Les Migrants

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.