ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > X BD sur les migrants depuis un siècle. > LA BANDE DESSINÉE MIGRANTE - répertoire > "Persépolis" - Marjane Satrapi

Chronique iranienne

"Persépolis" - Marjane Satrapi

Collection : Ciboulette

mardi 16 mars 2010, par PHF

"Cette fiche fait partie du répertoire de la bande dessinée migrante créé par Paroles d’Hommes et de Femmes. Ce répertoire est destiné aux enseignants, éducateurs, associations, collectivités qui souhaitent utiliser la BD ayant pour thèmes la migration, l’altérité, l’intégration, comme une source de lien social et d’action éducative"


Auteur : Satrapi Marjane

Éditeur : L’Association

Parution : 2000

Collection : Ciboulette

Thématiques : Mémoires, Guerre, Histoire, Biographie, Migration

Tome : 1

Planches : 69

Parution : 2000

Résumé : Toute petite, Marjane voulait être prophète. Elle se disait qu’elle pourrait ainsi soigner le mal de genoux de sa grand-mère. En 1979, l’année de ses dix ans et de la révolution iranienne, elle a un peu oublié Dieu. Elle s’est mise à manifester dans le jardin de ses parents en criant "à bas le roi !". Là, elle s’imaginait plutôt en Che Guevara. Il faut dire qu’à l’époque, son livre préféré s’appelait Le Matérialisme dialectique. Marjane trouvait d’ailleurs que Marx et Dieu se ressemblaient. Marx était juste un peu plus frisé, voilà tout. Après, la vie a continué, mais en beaucoup moins drôle. La révolution s’est un peu emballée. Et la guerre contre l’Irak est arrivée…

Dans Persépolis, Marjane Satrapi raconte son enfance sur fond d’histoire de son pays, l’Iran. C’est un récit drôle et triste à la fois, parfois cocasse, souvent touchant. Mais toujours passionnant. C’est aussi un petit événement : il s’agit de la toute première bande dessinée iranienne de l’Histoire…

Gilbert Jacques

Source : http://www.amazon.fr/Pers%C3%A9polis-1-Marjane-Satrapi/dp/2844140580/ref=pd_sim_b_2


Tome : 2

Planches : 100

Parution : 10/2001

Résumé : Persépolis est un événement : il s’agit ni plus ni moins de la toute première bande dessinée iranienne… Un événement d’autant plus remarquable que l’auteur, Marjane Satrapi, est une jeune femme… Née en 1969, Marjane entrecroise le récit de sa jeunesse et les turbulences politiques vécues par son pays durant la même période. Le premier volume démarrait en 1980. À l’époque, Marjane avait 10 ans. La révolution islamique venait tout juste de fêter son premier anniversaire.

Cette fois, l’histoire se déroule sur fond de conflit Iran-Irak. La petite Marjane a grandi. C’est désormais une adolescente déterminée et à la langue bien pendue. Son tempérament indépendant et son goût de la liberté s’accommodent mal des contraintes que fait peser le nouveau régime. À l’école, Marjane et ses copines laissent s’exprimer leur esprit frondeur : elles adorent tourner en dérision les séances de supplice virtuel, organisées par les professeurs en hommage aux soldats tombés au front… ! Mais l’heure est à la gravité. Et pendant que Marjane se rend à sa première boum avec un pull plein de trous tricoté par sa mère, les jeunes Iraniens pauvres sautent sur des champs de mines. À leur cou est accrochée une clé dérisoire censée leur ouvrir les portes du paradis…

Persépolis rend bien compte des contradictions et des tourments qui assaillent une jeune fille prise entre son désir de vivre sa jeunesse et le carcan imposé par les tenants de la révolution islamique. Le ton du récit est toujours juste. Il oscille entre l’humour et la gravité, entre l’émotion et la légèreté, entre la drôlerie et l’horreur. Le graphisme simple et lisible ne se perd pas en vains effets de style pour mieux se concentrer sur les personnages, leurs expressions, leurs joies, leurs désillusions. À la fin de ce second volume – Persépolis en comptera quatre –, Marjane s’envole pour l’Europe à la demande de ses parents, soucieux de mettre leur fille en sécurité. Le moment est poignant. À l’image de ce livre tout entier, porté par une écriture superbe. Persépolis est une véritable leçon de vie et d’amour : le journal d’une jeune fille qui dit adieu à son enfance avant de plonger dans l’inconnu pour commencer une nouvelle vie. Bouleversant.

Gilbert Jacques

Source : http://www.amazon.fr/Pers%C3%A9polis-2-Marjane Satrapi/dp/2844140793/ref=pd_sim_b_2


Tome : 3

Planches : 92

Parution : 07/2002

Résumé : Et revoilà la petite Marji… À la fin du précédent volume de Persépolis, Marjane Satrapi quittait ses parents et s’envolait pour l’Autriche, loin de la révolution islamique et de ses excès. Au moment où débute ce troisième tome, nous la retrouvons sur le sol autrichien, hébergée par des amis iraniens. Nous sommes en 1984. Marji est curieuse de découvrir cette Europe "laïque et ouverte", qu’elle espère différente de l’Iran et de son quotidien corseté par la morale et la religion. Mais elle va vite déchanter… Ballottée de famille d’accueil en foyer de bonnes sœurs – d’où elle se fera expulser pour avoir répondu un peu trop vertement à une réflexion blessante –, Marji doit surmonter la différence de langue et de culture qui rend son intégration difficile. Elle se met à lire comme une forcenée, découvre Bakounine, trouve Sartre "un peu agaçant" et se plonge dans les livres de Simone de Beauvoir. Surtout, elle expérimente la liberté à l’occidentale : la voilà qui change de look et vire "punkette" avant d’emménager avec huit colocataires masculins. Pas d’inquiétude : ils sont tous homosexuels… D’ailleurs, les mœurs plutôt libres de la civilisation européenne la laissent quelque peu perplexe, elle qui vient d’un pays "où même s’embrasser en public était considéré comme un acte sexuel". Pendant ce temps-là, son corps d’adolescente se transforme. Maintenant, c’est une adulte. Une adulte tellement changée que sa maman venue lui rendre visite ne la reconnaît même pas à l’aéroport… Évidemment, elle connaîtra une histoire d’amour – qui finira mal, comme de juste. Et les dernières pages du livre montrent une Marji à la dérive, loin de chez elle, de sa culture et de ses repères familiers. Décidément, il est temps de rentrer en Iran… "Et tant pis pour mes libertés individuelles et sociales", conclut Marji en contemplant dans le miroir son beau visage meurtri par l’expérience, les privations et les soucis. Le lecteur, lui, devra attendre le quatrième volet de Persépolis pour connaître le dénouement de cette épopée…

Ce troisième tome de l’autobiographie de Marjane Satrapi est évidemment moins "exotique" que les précédents. Le cadre du récit, l’Autriche, est forcément moins riche en surprises et en découvertes. La dimension politique passe quelque peu au second plan. Certes, elle n’est pas pour autant absente : le récit de la tentative d’intégration d’une jeune Iranienne et des blocages qu’elle doit surmonter pose, lui aussi, des questions d’ordre politique. Mais la petite Marji se révèle moins lucide et moins impliquée que pendant ses premières années en Iran. À tel point qu’elle discerne mal la nature du régime du président autrichien Kurt Waldheim, se montrant même assez peu concernée par les manifestations étudiantes, elle qui bouillait de colère et d’engagement pendant sa jeunesse iranienne. Il faut dire qu’elle a fort à faire avec sa vie personnelle : rattrapée par l’entrée dans l’âge adulte, les interrogations liées au corps et les émois amoureux, les choix de société passent quelque peu au second plan. Et la lutte quotidienne pour se faire accepter par une nouvelle culture ne prédispose pas forcément au militantisme forcené… Perturbée et isolée, Marji a peut-être un peu perdu de sa virulence et de son esprit contestataire. Son sens de l’humour, mis à mal par les difficultés quotidiennes, en prend parfois un coup. Mais heureusement, son indépendance d’esprit reste toujours aussi vivace. Ce qui nous vaut quelques scènes réjouissantes, comme celle de son renvoi fracassant de la pension tenue par des sœurs… Le lecteur fan de Persépolis peut se rassurer : on ne lui a pas changé Marji…

Philippe Actère

Source : http://www.amazon.fr/Pers%C3%A9polis-3-Marjane-Satrapi/dp/2844141048/ref=pd_sim_b_1


Avis de Florian Grand : Cette BD peut aider à mieux comprendre la révolution Iranienne. Beaucoup de thèmes sont abordés et de façon très simple. Ce livre est un bon outil pour mieux comprendre la migration due à la guerre. Persépolis est un chef d’œuvre à utiliser sans modération en tant que source éducativel.


Voir en ligne : La Bande Dessinée : Les Migrants

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.