ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > MEMOIRES CROISÉES : La Mémoire source de lien social > Mémoires Croisées de Sarcelles > Parcours de Sarcellois > Á Sarcelles, on ne m’a jamais fait sentir que j’étais une enfant (...)

Á Sarcelles, on ne m’a jamais fait sentir que j’étais une enfant d’immigrés

Mlle Samia M. 

jeudi 15 avril 2010, par Frederic Praud

Texte Frederic Praud


Française et Sarcelloise avant tout

Je suis née en 1986. Mes parents sont venus en France pour trouver du travail. Moi, je suis arrivée à Sarcelles en 90, à l’âge de quatre ans. Ici, il n’y avait pas beaucoup de monde au début mais après, la population a augmenté et il y a eu beaucoup de mélanges ! Sarcelles s’est agrandie ! Mais si un jour, je déménage, je serais malheureuse parce que j’ai grandi ici, j’ai tout fait ici. Alors, si j’allais dans une autre ville, je ne saurais pas m’adapter…

Á Sarcelles, on ne m’a jamais fait sentir que j’étais une enfant d’immigrés. Moi, je suis française avant tout ! C’est vrai qu’on entend beaucoup cette expression dans les médias mais je ne comprends pas pourquoi. Nous les jeunes, on ne se sent pas vraiment concerné par rapport à tout ça. On ne devrait pas utiliser le terme « enfants issus de l’immigration », parce que nous sommes français ! Nous sommes nés et avons grandi ici ! On a la culture française ! Alors, ce n’est pas la peine de préciser « enfants d’immigrés »… On ne se pose pas ce genre de question, sans doute parce qu’ici, à Sarcelles, tout le monde vient de partout. Il y a beaucoup de mélanges et ça facilite donc les choses. Pour moi, avoir une adresse à Sarcelles n’est pas gênant mais, ça dépend des gens. Pour certains, c’est mal vu ! Ils se disent qu’ici, il n’y a que des voyous ! C’est la délinquance et tatati et tatata, alors qu’en fait, non ! Il n’y a pas que ça !

Être jeune aujourd’hui à Sarcelles n’est pas différent que d’être jeune ailleurs. Nous grandissons normalement ! On va à l’école et tout va bien. C’est une vie normale…

Message aux anciens

Je leur souhaite de continuer leur petite vie tranquille à Sarcelles, que ça ne change pas… Quand je les vois faire des fêtes à quarante ou cinquante, je trouve que c’est bien, que c’est chaleureux ! Il y a des échanges ! Ce n’est pas « chacun reste dans son coin »…


Voir en ligne : La Bande Dessinée : Les Migrants

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.