ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > MEMOIRES CROISÉES : La Mémoire source de lien social > REFERENCES > Coups de coeur > Mustapha Kharmoudi - romancier auteur > L’immigré... par Mustapha Kharmoudi

L’immigré... par Mustapha Kharmoudi

la pire des choses qui t’arrive quand tu travailles au noir c’est un accident de travail au noir tu tombes du toit de Monsieur Antoine t’es pas déclaré

mardi 9 juin 2009, par Frederic Praud

J’en ai marre les médecins les infirmières répètent tout le temps détendez-vous détendez-vous tu parles de détendez-vous j’aimerais bien t’y voir moi à ma place cloué dans ce lit sans pouvoir bouger la tête et les bras ça te gratte là derrière l’oreille tu es obligé d’attendre que ça passe à cause de ce stupide accident ils disent détendez-vous fais-moi plutôt ma piqûre cette douleur atroce elle me prend depuis la nuque jusqu’au bas du dos même jusqu’aux orteils je suis pris comme une souris par un piège stupide les souris apprennent au bout d’un moment à éviter les pièges nous on se fait avoir à chaque fois on recommence c’est pas malheureux ça quand même à soixante cinq ans enfin soixante ans mais c’est pareil ça faisait à peine six mois que j’étais à la retraite mon copain Ahmed il dit petite retraite elle est petite oui je sais c’est pour ça que je continuais à travailler au noir crois-moi la pire des choses qui t’arrive quand tu travailles au noir c’est un accident de travail au noir tu tombes du toit de Monsieur Antoine t’es pas déclaré c’est stupide surtout si les dégâts sont très graves c’est mon cas ma colonne vertébrale esquintée aucune chance de jamais pouvoir me promener sur les quais de la ville ou de faire le tour du marché qui se tient le deuxième lundi de chaque mois ni même de pouvoir un jour m’asseoir sur une chaise et de faire une de ces parties de dominos au bistrot on devrait me mettre en prison ou me coller une grosse amende je n’ai pas le droit de tomber je suis tombé bêtement je disais ne t’inquiète pas Monsieur Antoine je connais mon métier sur le bout des doigts jamais je n’ai eu le moindre accident je n’ai pas besoin de sécurité la corde de sécurité ça me gêne ça m’empêche de travailler je disais moi sur les toits des maisons je suis comme un chat comme un oiseau sur un arbre je peux m’endormir sans tomber je suis comme l’oiseau je te dis Détendez-vous elle dit la gentille petite infirmière je vais vous faire votre piqûre d’ici une demi heure vous allez vous sentir mieux jusqu’à ce soir c’est ma collègue de nuit qui s’occupera de vous je sais bien que vous vous plaignez toujours d’elle je vous assure elle est gentille dans le fond simplement elle traverse des moments difficiles des soucis de famille et infirmière c’est un métier difficile qu’est-ce que j’en ai à faire moi elle me raconte sa vie elle me dit ceci elle me dit cela je dis oui seulement parce qu’elle est gentille je ne vais tout de même pas lui dire toi Madame tu ne sais rien des métiers difficiles moi j’ai travaillé trente années de ma vie sur les chantiers j’ai travaillé par tous les temps j’ai travaillé des dimanches quand toi Madame tu te reposes avec ta famille sur la plage non je ne veux pas l’embêter avec mes histoires elle ne pense qu’à elle elle pense c’est moi je dois la comprendre c’est toujours la même chose les gens pensent je ne compte pas dans leur calcul pas même mon patron je lui disais patron je veux prendre quelques jours de congé ma femme demande le divorce je n’ai plus le droit de voir mes enfants surtout le petit dernier les grands je m’en fous un peu mon patron il ne m’écoute pas il parle juste de ses chantiers écoute il faut que tu travailles ce samedi et ce dimanche je ne serai pas là ma femme et moi nous sommes invités je te fais confiance trouve-moi deux ou trois copains à toi pour ce week-end et le week-end suivant je lui dis patron je ne peux pas travailler je ne vais pas bien il dit ne te laisse pas abattre accroche-toi au boulot tu sais le travail c’est la santé la directrice du foyer c’était pareil je lui dis Madame je dois aller au pays pour vendre ma maison cette fichue maison j’ai mis quinze ans à la construire maintenant mon frère ne veut pas la quitter il ne veut pas payer de loyer il ne veut pas me l’acheter il l’occupe à l’œil c’est pas normal mon frère il me dit la dernière fois écoute mon frère je te l’achète cette foutue maison laisse-moi le temps je lui dis ça fait dix ans que ça dure c’est rien dix ans il me dit tu vois Madame voilà pourquoi je dois rentrer au pays lundi je suis désolé pour ton ami je ne peux pas l’aider ce week-end demande à Driss ou à quelqu’un d’autre non je ne veux plus entendre parler de Driss la dernière fois il a menacé de porter l’affaire aux prud’hommes tu vois mon beau-père aux prud’hommes pour l’avoir fait travailler au noir non c’est toi qui va me rendre ce service j’ai confiance en toi toi quand tu donnes ta parole tu la tiens ce n’est pas la même chose pour les autres elle dit les autres ils disent ceci ils ne le font pas ils font autre chose toi ce n’est pas pareil écoute ce n’est pas compliqué c’est juste quelques heures ta retraite est toute petite elle aussi elle dit petite retraite tout le monde dit petite retraite c’est idiot mais c’est comme ça elle dit après ça je ne te ferai plus payer de loyer pendant trois mois si tu restes trois mois au pays je récupère juste l’APL et les subventions de l’Etat toi tu n’as rien à payer mais il faut me rendre ce service tu travailles pour mon copain au noir ça te fait toujours un petit plus tu en as bien besoin mon copain c’est un chic type toi tu es le meilleur maçon de la ville tu es sérieux c’est facile tu finis le boulot en quelques jours et tu peux partir après franchement je n’oublie jamais que tu m’a dépanné moi je dois prendre le car le lundi suivant j’ai même réservé ma place en hiver on n’est jamais sûr de trouver de la place au dernier moment beaucoup de gens rentrent au pays je veux aussi partir en compagnie de mes copains c’est prévu depuis deux mois c’est difficile de refuser à la directrice du foyer elle est très gentille elle accepte toujours de me remplir les papiers de la retraite j’ai mis longtemps à l’avoir cette saleté de retraite petite retraite ils disent j’ai pourtant trimé plus qu’eux tous la directrice elle a dit tu travailles juste un week-end et voilà six mois après son fichu week-end je suis allongé sur ce lit d’hôpital sans la moindre chance de marcher un jour ils disent tous ici ça va aller ça va aller ne vous inquiétez pas Monsieur moi je dis ça va surtout rester couché jusqu’à la mort oui ça oui Ah voilà je me sens mieux maintenant c’est la piqûre je vais bientôt m’endormir je ne fais que dormir et dormir comme si je n’ai pas assez dormi dans ma vie à part trimer et jouer au domino je n’ai fait que dormir quand ma femme m’énerve je picole et je dors quand mes enfants font des conneries je les tabasse je picole et je dors ma tête est à moitié endormie que je travaille ou que je joue aux cartes il n’y a que quand je suis avec mes enfants ils sont petits à l’époque que je me sens éveillé mes enfants maintenant ils sont grands ils ne ressemblent plus aux petits comme ils étaient avant ça ne sert à rien de s’énerver c’est raté on n’y peut rien ça ne sert à rien de se dire encore j’ai été incapable de donner à mes enfants une bonne éducation au-delà moi j’adore les enfants jusqu’à treize ans on fait des trucs rigolos avec eux l’ennui c’est qu’ils oublient après c’est terrible j’ai pleuré combien de fois ah les enfants après quinze ans c’est foutu ils disent papa ton temps c’est fini ils savent tout mieux que toi on l’a appris à l’école papa tu ne comprends rien ils l’ont vu à la télé toi tu ne regardes que la chaîne nulle de ton pays avec ta parabole de merde il faut à chaque fois monter sur le toit pour l’orienter vers les chaînes de sport si tu veux voir un match tu rentres le samedi à minuit tu es bourré tu as bu dans ton bistrot de merde tu dois remonter sur le toit pour la réorienter vers la chaîne de ton pays ta chaîne de merde comme ils disent tu t’énerves tu jures demain je coupe tout tu ne coupes rien du tout tu gueules après ta femme les enfants ils la défendent tu te retrouves à la rue sans rien plus rien même pas ta jeunesse pour recommencer ta vie tu pleures en silence tout le monde s’en fout dans le bistrot il faut faire semblant de rigoler ça va faire combien de temps que tu rigoles pour les mêmes bêtises tu picoles tu finis par pleurer pour de vrai les potes ils disent c’est à cause de cette chanson triste la chanson est triste oui c’est vrai c’est comme ça les immigrés ils ont honte de pleurer ils ne veulent pas montrer qu’ils sont zéro ils ne font pourtant qu’échouer ils pleurent pour une chanson triste mon œil oui ce n’est pas pour la chanson que tu pleures Kader non moi je sais mon vieux tu pleures parce que tu es invalide à jamais maladie professionnelle tu es déjà vieux très vieux et tu vas bientôt mourir ils disent qu’on vit longtemps en France ce sont des menteurs les immigrés meurent avant tous les autres ils méritent de mourir de toute façon non mais oh c’est quoi cette vie pourquoi l’infirmière de nuit ne vient pas elle ne doit pas aimer les immigrés qu’est-ce que je peux faire d’autre je sonne obligé j’ai très mal au dos c’est l’heure de la piqûre elle doit se dépêcher me faire ma piqûre et partir tout de suite non tu parles elle prend tout son temps elle vient dans ma chambre en dernier je l’entends parler à haute voix dans la chambre avant moi et dans la chambre après moi et moi j’attends encore souffre elle doit dire tu me cherches eh ben souffre mon vieux moi je prends tout mon temps c’est quoi ça je lui dis pourquoi tu saute ma chambre Madame c’est ça tu n’aimes pas les Arabes eh ben tu n’es pas la seule moi non plus Madame je n’aime pas les Arabes et surtout mon frère elle dit Monsieur tu ne dois pas te moquer de moi à chaque fois que je rentre dans votre chambre vous m’agressez ça n’a rien à voir avec les Arabes Monsieur ce n’est pas une question de race c’est vous toi qui crée des problèmes comment ça je crée des problèmes je souffre moi Madame tu le sais tu es soi-disant infirmière elle sort et me laisse encore avec ces douleurs atroces je sonne elle revient et ça recommence je pense c’est ça les immigrés ils continuent à se bagarrer même quand c’est perdu réfléchis idiot il faut lui demander pardon est-ce que Monsieur Antoine vient me demander pardon est-ce que la Directrice s’excuse tu parles au contraire à peine je sors du coma elle vient me voir elle dit tu ne dis pas tu es tombé chez Antoine tu dis tu es tombé de ta chambre tu comprends s’ils apprennent que je t’ai déplacé depuis la maison d’Antoine jusqu’au foyer dans ma voiture ils me mettent en prison ma vie est fichue mes enfants c’est foutu c’est pas possible c’est drôle elle ne voit pas que ma vie à moi est finie c’est sûr elle doit penser ma vie est foutue avant l’accident et pourquoi pas c’est même un peu vrai qu’est-ce que ça change au fond de mourir à l’hôpital ou au foyer au milieu de gars déglingués et des cafards qui s’introduisent jusqu’au dans les sacs en plastique c’est incroyable les cafards sont vraiment débrouillards ils fouillent partout j’ai mal Madame il faut me faire ma piqûre il faut me passer le gant mouillé sous la nuque ça me fait du bien non elle prend tout son temps je n’en peux plus je lui dis dans ma tête toi tu fais la gueule tu traînes avant de me soigner j’ai très mal tu ne m’aimes pas je ne t’ai rien fait tu as un problème avec ton mari moi si je suis ton mari je te tabasse rien qu’à cause de ta tête et ton regard méchant je lui dis doucement Madame tu me fais mal tu sais bien qu’il faut faire doucement elle dit je fais ce que je peux ah oui tu fais ce tu peux tu parles tu fais plutôt ce que tu veux je dis toutes les autres infirmières sont très gentilles je lui dis toi c’est pas pareil tu peux prendre un congé si ton mari t’emmerde elle se fâche vous n’avez pas à te mêler de ma vie privée vous pouvez aller dans une clinique je n’ai pas d’argent Madame je n’ai qu’une petite retraite en moi-même je dis je t’emmerde j’emmerde ton mari qui te fait des histoires j’emmerde ta famille j’emmerde la directrice du foyer je suis un con le dernier des cons pourquoi j’ai dit au médecin je suis tombé de ma chambre du troisième étage pourquoi tu me fais mal tu me bouscules je vais souffrir toute la nuit il fallait dire toute la vérité écoute docteur je suis tombé d’un toit je travaille au noir pour Monsieur Antoine je me suis évanoui je ne me souviens de rien on m’a dit l’ambulance m’a pris au foyer c’est pas possible quelqu’un m’a transporté c’est madame la directrice est-ce qu’elle a le droit de me déplacer docteur non voilà tu me fais mal Madame je lui dis à l’infirmière je suis resté dans le coma on m’a dit et quand je me suis réveillé le médecin m’a demandé vous avez de la famille je dis non vous avez voulu te suicider je dis non c’est un accident alors il dit le médecin je réponds je ne sais pas oui je pense c’est un accident il dit la directrice me regarde droit dans les yeux calme-toi je vais pas t’embêter je vais pas dire le contraire voilà l’affaire est dans la poche c’est un accident et on passe à autre chose eh oui moi-même je suis un accident de la vie qu’est-ce que je fous ici dans cette chambre de merde j’ai très mal tu dois faire attention Madame je suis un être humain tu vois l’hôpital où tu travailles c’est moi qui l’a construit et la route que tu prends avec ta voiture c’est moi qui l’a construit elle répond pas contente c’est ça oui et puis moi je suis la reine d’Angleterre j’ai pas parlé de reine moi qu’est-ce tu racontes elle sourit c’est sûrement pour se moquer de moi dans ce pays c’est terrible on peut t’écraser avec un sourire pour moquer il faut que je demande à Hassan’O c’est quoi cette histoire de reine d’Angleterre hier mon copain Ahmed me rend visite je pense encore à la discussion ça me fait du bien bon ce n’est pas facile ce n’est jamais facile avec mon copain Ahmed il y a des gens comme ça ils rendent tout difficile ils passent à côté des bons moments ils se dépêchent de foncer droit vers les problèmes pour l’instant c’est moi qui suis dans la merde lui il continue tranquille à faire ses parties de dominos je lui dis tu ne racontes pas à mon ex-femme et à mes enfants que je suis là tu comprends je ne veux pas qu’ils me voient dans cet état les immigrés ne doivent jamais être comme ça ils doivent juste travailler et quand ils ne peuvent plus travailler ils doivent disparaître ça sert à rien mes enfants ils viennent ici tu comprends il me dit ta fille m’a appelé trois fois cette semaine elle ne m’appelle jamais avant même quand on t’a volé ton passeport au pays tu te souviens tu as dépensé toutes tes économies pour engraisser ces salopards et après ils disent c’est ton pays il ne faut pas oublier ton pays je dis à mon copain je m’en fous de mon pays pourquoi tu me dis que ma fille t’a appelé tu ne trouves pas que j’en bave assez comme ça tu veux me torturer tu veux que je passe la nuit à me demander si ma fille est souffrante c’est ça que tu veux hein laisse-moi tranquille tu ne dis rien à personne tu dis ce que tu veux d’autre je suis parti au pays ma retraite est bloquée ou je suis allé à la Mekke non ne dis pas ça je n’irai pas à la Mekke de toute façon tu n’a qu’à dire ce que tu veux mais pas je suis cloué dans ce lit à attendre la mort s’il te plaît je te fais confiance je veux mourir en paix mes enfants ne sont plus mes enfants je ne suis plus qu’un pauvre type un pauvre immigré quoi tu te souviens quand j’étais jeune je me suis marié au pays je dis à ma femme je t’emmène pas en France je veux pas mes enfants deviennent des voyous je veux pas mes filles s’habillent comme des putes tu te souviens hein eh oui et mes enfants ils ont grandi à la campagne tout ce temps je les vois un mois par an après je les reconnais plus j’ai trop pris l’habitude du foyer je suis presque un célibataire un jour l’assistante sociale elle me dit vous êtes un faux célibataire tu te rends compte je rigole et je réponds je suis aussi un faux mari et un faux père oui c’est ça un célibataire mais avec femme et enfants c’est aussi ça un immigré un jour mon fils aîné me dit papa en quinze ans je t’ai vu juste quinze mois et encore je réponds mon fils ce qui compte entre un père et ses enfants c’est pas le nombre de jours passés ensemble il me dit tu sais papa j’aime pas ta façon de faire à peine tu es chez nous tu vas boire de l’alcool avec des clochards et tu cours les putes il me dit ça mon fils oui normalement un enfant ne doit jamais parler de ces choses avec son père je lui dis ça et lui il répond c’est comme si t’es pas mon père moi ni vu ni connu trois mois plus tard je répudie sa mère et je tourne la page je leur laisse la maison par la suite mon frère il la leur pique je ne sais pas comment il a fait mais moi je n’ai pas levé le moindre petit doigt j’ai dit je suis plus des vôtres ce qui vous intéresse c’est juste mes sous ma femme et mes enfants ils sont partis dans la grande ville et j’ai plus eu de nouvelles d’eux après cette affaire je tombe malade et j’ai commencé à picoler je me bagarre tout le temps puis je rencontre Arielle elle était serveuse dans le bar chez Jimmy le patron de l’époque c’était Pedro l’Espagnol le copain d’Arielle venait de la larguer c’est un noir Arielle elle dit un noir des îles et moi j’arrête l’alcool et je reprend le travail elle accouche trois fois il faut leur donner un prénom français elle dit je réponds d’accord je rigole ça fait trois arabes en moi elle dit c’est mieux pour eux dans la vie en France de s’appeler Pierre au lieu de Mohamed après les copains ils se moquent de moi au bistrot et tu les appelles comment quand tu rentres avec eux au pays je ne rentre pas avec eux tant pis il faut me prendre comme je suis je dis tu t’appelles Mohamed c’est déjà un problème si quelqu’un me dit encore du mal de mes enfants je lui casse la gueule et après personne ne m’emmerde à part mes propres enfants à treize ans Pierre commence à faire des conneries Christelle arrête l’école avant ses seize ans ça arrive oui et elle se met à fumer et s’habiller comme une pute mais le dernier il me manque beaucoup quand je suis parti de la maison il était encore trop petit mais c’est mieux comme ça je garde un bon souvenir de lui il faut surtout que je les ne revoie plus avant c’est terrible des fois je sorts de la maison ça devient trop dur la vérité tu vois un jour ma femme me rend furieux et je la tape je l’ai tapé une seule fois une unique fois avant mon père il dit toujours écoutez mes enfants un homme qui tape sa femme devant ses enfants il n’est plus le père de ses enfants eh oui elle m’énerve trop et les coups sont partis tout seuls et mes enfants me sautent dessus ils crient tu n’as pas à taper maman je la tapes si je veux tu la tapes encore on appelle la police appelez la police allez-y papa fous le camp on n’a plus besoin de toi ici va te faire soigner va picoler avec tes copains clodos et ne reviens plus chez nous quoi vous me dites ça à moi vous dites ça à votre père Christelle répond oui oui fous le camp je la tabasse pour lui apprendre à me parler avec le respect et tout le monde se met contre moi je tombe je prends quelques coups tu te rends compte mes propres enfants me tapent c’est quoi cette vie imagine-toi taper sur ton père tu vois ce que je veux dire mais en vérité ils ont raison ils m’ont chassé c’est comme un patron il te licencie c’est comme la France elle te dit on n’a plus besoin de toi mon vieux tu ne sers plus à rien va-t-on retourne dans ton pays voilà c’est des paroles comme ça que je pense mes enfants ils disent en eux-mêmes je pense ils disent va-t-on papa nous on est français de toute façon ils portent même pas mon nom Arielle elle m’a dit je leur donne mon nom de famille à moi pour toucher les aides pour mère isolée tu te rends compte j’étais un mari au noir et un père au noir c’est ça immigré tu trimes toute ta vie mais ça compte pas après je veux revoir les enfants Arielle elle dit non t’es qu’un clodo tu fais honte à mes enfants va-t-en je veux plus te voir ou mes enfants te cassent la gueule je dois insister tout le temps et ça finit chez l’assistante sociale eh oui la France pour les vieux immigrés c’est pas la police c’est madame l’assistante sociale je te raconte pas elle sape tout sur son passage t’as plus de religion t’as plus de famille t’as plus d’intimité écoutez c’est la loi Monsieur c’est pour tout le monde pareil tu dois la respecter c’est quoi cette loi qui m’empêche de voir mon enfant ah oui tu dis ça tu crois qu’elle s’applique vraiment à tout le monde elle s’applique surtout aux immigrés Madame il faut me dire comment on peut éduquer les enfants si on leur donne pas de fessées quand ils font des bêtises elle dit ben ça dépend je pense elle est coincée je dis tu vois Madame tu peux pas répondre imagine je dis à ma fille va te coucher elle répond non papa je veux pas dormir qu’est-ce que je fais hein Madame elle répond vous savez Monsieur il faut leur faire comprendre les choses autrement que par la violence on n’est pas des animaux elle dit ça devant ma femme mon fils et ma fille je dis tu te rends compte Madame tu me traites d’animal devant mes enfants tu n’as pas honte et je m’énerve et je lui crie fous le camp ou je te casse la gueule voilà ce que tu mérites ma femme et mon fils m’ont empêché de lui donner un coup de poing elle est sortie et j’ai plus eu le droit de voir mon petit dernier et quand j’apprends qu’il est mort à l’époque je suis au pays en train de me dépatouiller pour faire sortir de ma maison ce salaud de fils de ma propre mère et de mon propre père ce fumier il a payé les gendarmes et le juge contre moi je leur dis votre pays j’en veux plus je suis plus des vôtres mon frère me répond et nous donc qu’est-ce qu’on veut plus de toi va-t-en chez les Français avec tes enfants Français je suis furieux je pense Brahim m’a trahi c’est le seul gars de mon il est au courant de ma vie avec Arielle après ça je laisse tout tomber je rentre en France mon fils est déjà dans sa tombe avec la croix et tout je veux plus parler de ça c’est dégueulasse les accidents de la route y a rien de plus dégueulasse je te le dis ce pays il va à sa perte mon fils c’est de sa faute à mon fils ils me disent à son âge il n’a pas à voler une mobylette et à prendre la rue en sens interdit tu vois dans ce pays la loi est du côté des voitures et pas du côté des humains c’est comme mon copain Khaled qui était mort en tombant de l’échafaudage ils disent l’échafaudage est en règle c’est la faute à Khaled il a même pas sa carte de séjour en règle normalement il doit pas être en France ils disent tout ça et pendant ce temps Khaled dort à la morgue et attend qu’on s’occupe de son corps eh oui l’échafaudage lui est en règle et nous on doit cotiser pour renvoyer son corps à sa mère à Khaled ça lui dit quoi ça à sa mère hein tu sais quoi ça lui dit tu peux crever ton fils ne t’envoie plus jamais de quoi manger ni de quoi soigner ta jambe gauche paralysée prends ces deux sous que ses copains t’envoient avec le corps achète-toi de la mort-aux-rats et va-t-en la France elle dit ton fils c’est de sa faute il doit pas être là c’est quoi de dire aux gens c’est pas la faute de l’échafaudage c’est pas la faute de la voiture c’est pas de la faute de la chaîne de montage qui va très vite c’est pas la faute de la balle qui a tué mon copain quand on sortait du bistrot à trois heures du matin oui c’est vrai on était saoul on faisait le bordel c’est vrai le flic il veut nous emmener au commissariat et mon copain Karim il dit je t’emmerde et le flic lui tire dessus puis au tribunal on a dit au policier vous êtes acquitté c’est pas votre faute et moi je dis j’étais là j’ai vu moi le policier il vise mon copain avant de tirer mais la parole du policier est plus chère que la parole de l’immigré et pour Karim nous on cotise pour renvoyer le corps au pays moi je dis je vous jure il paie tous les mois l’assurance décès à la banque du pays les gens du consulat ils répondent ah oui mais il lui manque deux mois pas payés tu te rends compte normalement c’est eux qui doivent s’occuper de tout et là ils refusent manque deux mois ils disent tu vois je peux te dire ce qu’il pense de toi le pays d’origine il dit envoie des sous ou va te faire foutre qu’est-ce que tu veux qu’on fasse avec ton corps il faut que je m’arrête la chose la plus dure pour un immigré c’est parler de son pays d’origine

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.