ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > X BD sur les migrants depuis un siècle. > LA BANDE DESSINÉE MIGRANTE - répertoire > "Carnets d’Orient", l’Histoire de l’Algérie de 1836 à l’indépendance

Histoire. Algérie-France.

"Carnets d’Orient", l’Histoire de l’Algérie de 1836 à l’indépendance

Casterman éditions

vendredi 19 mars 2010, par PHF

"Cette fiche fait partie du répertoire de la bande dessinée migrante créé par Paroles d’Hommes et de Femmes. Ce répertoire est destiné aux enseignants, éducateurs, associations, collectivités qui souhaitent utiliser la BD ayant pour thèmes la migration, l’altérité, l’intégration, comme une source de lien social et d’action éducative"


Carnets d’Orient

Auteur : Jacques Ferrandez

éditeur : Casterman

Thématique : Histoire. Carnets d’Orient raconte l’histoire algérienne de sa conquête en 1836 à son indépendance, à la fin des années 50.

Les cinq volumes du premier cycle nous plongent dans une grande saga familiale sur la colonisation, où romances, amours secrètes et intrigues se multiplient. Il conte 5 tomes :

1.Carnets d’Orient, 1987

2.L’année de feu, 1989

3.Les fils du Sud, 1992

4.Le centenaire, 1994

5.Le cimetière des princesses, 1995

Le second cycle commence en 1954, à la veille de l’insurrection. Il comprend 5 tomes également :

6.La guerre fantôme, 2002

7.Rue de la Bombe, 2004

8.La fille du Djebel Amour, 2005

9.Dernière demeure, 2007

10.Terre fatale, 2009

Jacques Ferrandez a décidé de compléter cette série avec de véritables carnets d’Orient contemporain, nous entraînant à Istanbul, en Syrie, au Liban, en Irak et à Alger pour des témoignages poignants et réalistes. Ces hors séries sont aux nombres de 5 :

1. Voyage en Syrie, 1999

2. Istanbul, 2000

3. Irak, dix ans d’embargo, 2001

4. Liban, 2001

5. Retour à Alger , 2006

L’auteur signe avec ces Carnets d’Orient, son recueil de textes et d’images le plus personnel et le plus intime. Nous plongeons directement, en suivant Jacques Ferrandez, dans les pérégrinations de cet enfant d’Alger en terre d’Orient.


Avis de Lionel :

Carnet d’Orient dresse un panorama de l’Histoire d’Algérie au travers des aventures de ses divers personnages. Cette série permet d’apprendre énormément sur l’Histoire du pays, le travail de mémoire et de documentation est impressionnant. Le dessin de Ferrandez nous invite au voyage.


Ci dessous, une interview de Jacques Ferrandez.

Propos recueillis par Alexandra.S.Choux, interview tirée du site : www.bdgest.com

Les personnages de Terre fatale sont ce que nous sommes : des êtres pris dans les rets d’une Histoire dont, souvent, ils ne sont que les victimes, avec leurs peurs, leurs incertitudes, leurs lâchetés, ou leurs actes de bravoure, tout ce qui est mis à nu au temps de l’embrasement, au temps de la guerre, au temps des affrontements. Que vienne la parole pour réconcilier les mémoires... alors seulement pourrons-nous regarder notre histoire en face. Alors seulement la guerre sera finie...

Ce dixième album signe la fin des Carnets d’Orient…Vous tournez la page ?

Jacques Ferrandez : En tout cas en je tourne cette page là, puisque cet album se termine au moment de l’indépendance. Au moment précis de la fin de la présence française en Algérie. Ce deuxième cycle de cinq albums succède aux cinq albums sur la période coloniale. Aussi pour moi c’est un chapitre qui se clôt. Je ne le fais pas de plan pour la suite, mais je laisse une fin ouverte. J’avais tellement dit à la fin du premier cycle que je m’arrêterai là que maintenant je préfère ne rien dire.

Avez-vous des tics de dessinateur ou de scénariste ?

J.F : Oui certainement, mais je suis le plus mal placé pour m’en rendre compte. Ce sont les tics qui font que mon dessin est reconnaissable. Tous les auteurs ont des tics et c’est certainement cela que l’on appelle le style.

Savez-vous comment sont perçus vos albums en Algérie ?

J.F : Oui, je le sais d’une certaine façon puisque j’y suis allé à de nombreuses reprises, notamment au moment de la foire du livre à Alger en 2004 et 2005. J’ai été surpris de constater que les lecteurs suivaient la série, parce que les livres circulent entre la France et l’Algérie ; surpris également de découvrir que mes albums étaient en librairie (j’ignore si c’est parce que j’étais invité) et surpris enfin de découvrir de nouveaux lecteurs. Mais le problème majeur en Algérie c’est le prix d’une B.D. La population a difficilement accès à l’achat de livres qui restent chers : 15 €. C’est environ un quart ou un cinquième du salaire minimum. 
Cette période coloniale est souvent mise de côté. Les Algériens en ont une vision pour des raisons qu’on peut comprendre, assez négative. Cependant, l’accueil est bon car finalement cette histoire est peu racontée en Algérie. Certaines personnes m’ont même dit qu’elles avaient pris connaissance d’un pan de leur histoire grâce à mes albums.

Ce bon accueil est confirmé par le fait que vous êtes invité au prochain salon de la BD d’Alger ?

J.F : En effet. Puisque je n’avais pas pu me rendre à la dernière édition de ce salon auquel j’étais invité en 2008, je leur avais demandé de me réserver une place pour le prochain. Ils m’ont pris au mot, je suis donc invité. Ce qui montre que mes albums ont un certain écho et qu’ils intéressent les Algériens.

Vous imaginez-vous à 20 ans en 1960 en Algérie ?

J.F : Si j’étais né 15 ans plus tôt, j’aurais en effet pu me poser la question. J’y pense sans pouvoir y répondre. Qu’aurais-je fait ? Quel parti aurais-je pris ? On connaît aujourd’hui la fin de l’histoire, c’est toujours plus simple quand on sait comment les choses ont tourné. Mais cela restera toujours pour moi un mystère. Aurais-je basculé dans le camp des extrémistes ? Cela me semble improbable, étant donné mon caractère. Mais j’aurais pu faire partie de ceux qui se sont accrochés à leur terre, comme la majorité des Pieds-noirs. On est tout de même déterminé par son milieu d’origine. Chacun avait ses raisons. Rétrospectivement, on peut toujours s’attribuer le beau rôle, mais honnêtement, personne ne peut répondre à cette question.

Vous ne prenez pas parti. C’est un choix délibéré ?

J.F : J’essaie de faire circuler ma caméra entre les différents protagonistes. Comme un narrateur omniscient. Je ne condamne personne dans cette histoire là, sauf bien sûr les actes de barbarie et ceux qui se sont délectés de la violence. L’Histoire est faite de tous ces destins individuels, ces braves types confrontés à des situations impossibles où se révèlent les caractères. Chacun possède une part d’ombre qui peut se révéler selon les situations, comme par exemple dans L’ennemi intime, ce documentaire de Patrick Rotman qui a donné le scénario du film de fiction du même nom. On y voit que cette part de soi-même peut surgir dans des circonstances extrêmes et donner libre cours au pire comme au meilleur. C’est cette part d’ombre qui m’intéresse dans mes personnages.

Pensez-vous retravailler en duo ?

J.F : Oui pourquoi pas, j’ai toujours aimé varier les plaisirs. Cette histoire là m’a pris 25 ans, avec certes une coupure entre les deux cycles. J’aime l’univers du polar, par exemple, mais je suis totalement incapable d’en scénariser seul, d’où ma collaboration avec Tonino Benacquista (L’outremangeur), avec qui il n’est pas improbable que je retravaille. Rien de précis mais des options. 
J’ai également un projet avec mon camarade Fellag : il s’agira d’illustrer le texte de son prochain spectacle qui est en cours d’écriture. Cela se passe vers 1930, à la Casbah d’Alger, donc, vous voyez, je ne sors pas beaucoup de mon sujet.

Si vous deviez faire découvrir la bande dessinée à un ami, laquelle lui offririez-vous ?

J.F : Mission impossible... ! Sinon ce qui me vient à l’esprit pour quelqu’un qui n’en a jamais lu, c’est Tintin. C’est par là que j’ai découvert la BD. Je dis souvent que le premier album que j’ai possédé c’est Le crabe aux pinces d’or. La couverture montre des chameaux dans le désert. Allez savoir si cela m’a influencé ! La narration d’Hergé est universelle et son dessin laisse tellement de place à l’imaginaire, pour moi, cela reste quelque chose d’indépassable.


Interview et photo (G.Lavacherie) réalisés dans la librairie "La Fontaine aux Livres" (Palaiseau) à l’occasion des échanges culturels tournés vers l’Europe :"Sarajevo une semaine de rencontres et de cinéma à Palaiseau" sous l’égide de la CAPS (http://www.scientipole.fr/sarajevo-palaiseau.html)


Voir en ligne : La Bande Dessinée : Les Migrants

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.