ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > MEMOIRES CROISÉES : La Mémoire source de lien social > REFERENCES > Coups de coeur > FIROUZEH EPHREME > Pour un billet de 50 euros

Pour un billet de 50 euros

À l’attention du collège Pablo Picasso, Saulx-les-Chartreux

lundi 18 mai 2015, par FIROUZEH EPHREME

Bonjour,

Avant que vous ne poursuiviez votre lecture, je voudrais remercier les élèves ainsi que leurs enseignants : Madame Noémie Bochet, Aurélie Desches Lievens, Balkiss Villaume, Estelle Cirotteau qui nous ont chaleureusement reçus.

Firouzeh Ephrème

Pour un billet de 50 euros

Madame Marchal était une jeune femme dynamique, qui croquait la vie à pleines dents. Avec son fils, Théo, elle vivait dans un appartement situé dans un quartier calme et verdoyant de la ville. Hélène Marchal s’était lancée dans le métier de traiteur, et travaillait avec sa collaboratrice, une excellente cuisinière prénommée Sabine.

Un lundi matin, le collège appela Hélène Marchal. Quelques jours auparavant, Théo avait demandé à une camarade de classe ce qu’elle accepterait de faire pour un billet de 50 euros.

– C’était stupide ! Mais où avais-tu la tête ? demanda Hélène.

– Ça va. Je n’étais pas le seul, et tout le monde a rigolé, se défendit Théo.

– Apparemment, ça n’a pas dû faire rire Clémence. Elle était bouleversée, et ses parents ont appelé le principal.

– Si on ne peut rien dire, maintenant ! ajouta Théo.

– Je croyais que vous étiez amis…

– Elle est coincée. Je ne lui parlerai plus jamais.

– J’hallucine ! Tu présenteras tes excuses à Clémence, exigea Hélène.

– Pourquoi ?! C’est à elle de s’excuser !

– Le pire, c’est que tu ne sais pas de quoi tu parles, souffla Hélène, impuissante et désarmée. Il était inutile de poursuivre la conversation. Ils n’étaient pas sur la même longueur d’onde. Elle marqua une pause et continua sur un ton neutre : Franchement, moi, je ne sais pas ce que je ferais si quelqu’un m’avait prise pour une prostituée ?!

– C’est différent, tu es une adulte, argumenta-t-il. Tout le monde parle comme ça au collège.

– Je ne crois pas. Je me sentirais salie. Méfie-toi de ce que tu entends.

– Mais… Mais je ne voulais pas dire ça.

– Je sais. Tu l’expliqueras à Clémence, conclut-elle en ouvrant ses bras pour serrer son fils contre elle.

Quelques mois plus tard, Théo et Clémence fréquentaient le même lycée, mais se trouvaient dans deux classes différentes. Malgré de timides excuses prononcées par Théo, leur amitié ne put résister à l’épreuve. Ils passaient l’un à côté de l’autre sans se dire bonjour, et évitaient de déjeuner à la même table.

La vie de la famille Marchal suivit son cours. Madame Marchal planifiait les semaines à venir, et quelquefois, Sabine les rejoignait le soir. Les deux femmes goûtaient les hors-d’œuvre et les plats préparés par Sabine. Hélène cherchait des idées originales, tout en s’adaptant à la demande et au budget de ses clients.

– La satisfaction des clients est le secret d’un commerce réussi, disait-elle.

Théo suivait ses cours avec plus ou moins d’attention. Il avait retrouvé ses copains dont la plupart se connaissaient depuis le primaire. Parfois, il discutait avec Jessica, une nouvelle élève au lycée. Les yeux gris de la jeune fille à la peau mate attiraient l’attention, et malgré sa taille fine, elle se trouvait un peu grosse.

En ce jour de décembre, Théo arriva à la cantine en compagnie de Léa et de Chris. En voyant les autres, ils se dirigèrent vers le fond.

– Je ne sais pas pourquoi on vient toujours manger ici, grogna Chris.

– Parce que ! répondit Émilie.

– C’est sympa. On a la vue sur le parc, mais vous n’êtes jamais contents, les gars ! protesta Marianne.

– Moi, ça ne me dérange pas, rétorqua Sébastien.

– C’est qu’avec Émilie, on a couru pour réserver la table ! ajouta Marianne.

– J’ai rien dit ! indiqua en souriant Chris, qui avait un faible pour Émilie.

Ils parlèrent des cours et du programme de la fin de semaine.
Le regard de Théo se posa sur Clémence, qui mangeait seule dans son coin. Sam et Laly étaient installés à la table d’à côté et plus loin, Natacha et sa bande venaient d’arriver. Depuis peu, Natacha semblait avoir tissé des liens d’amitié avec Jessica. Celle-ci la suivait partout, et donnait l’impression de vouloir s’habiller et parler comme Natacha.

– Natacha ne parle pas, elle hurle. Et il n’y a personne pour lui dire de se taire ! dit Seb.

– Elle craint. Mardi dernier, je regardais dehors par la fenêtre, et Natacha m’a crié dessus en disant : “Tu veux ma photo ?” raconta Émilie.

Mélanie, qui était assise à l’autre bout de la table, s’exclama :

– Je sais ce que j’ai envie de faire plus tard. Il faudrait inventer des parfums comme ceux de frites ou de pâtes à la carbonara.

– T’as d’autres idées du même genre ? demanda Rayan. Je te jure !

– Un jour, je serai riche et célèbre ! Tu verras ! s’exclama la jeune fille.

Parfois, Théo racontait ses journées à sa mère. Il avait décidé de passer le réveillon du 31 décembre avec ses copains, et Hélène Marchal ne cachait pas son inquiétude.

– Le grand frère de Chris sera là ! dit-il.

– Il arrive un moment où le corps change, s’affole d’une certaine manière. Dans n’importe quelles circonstances…

– M’man !

– Laisse-moi terminer. Ça fait un bout de temps que j’ai envie qu’on prenne le temps de bavarder. Tu te rappelles quand je te parlais de la nourriture : on mange parce que c’est indispensable, et puis, la nourriture procure aussi du plaisir, mais quand on dépasse certaines limites, manger devient une maladie. C’est l’obésité. Tu grandis, et je veux que tu n’oublies pas qu’on ne fait pas tout et n’importe quoi dans la vie. Que ce soit le sexe, l’alcool, la religion ou la nourriture, il faut savoir les doser.

– Oui, m’man. C’est d’accord pour le 31 ?

– Je travaille le 31, mais je me dépêcherai. Tu m’appelleras pour que je vienne te chercher. Sois toujours maître de tes actes, aujourd’hui et demain, même quand tu auras 80 ans, conclut sa mère en souriant.

Théo grandissait. Il apprenait à respecter les consignes, et Hélène lui accordait sa confiance. Il allait bien, mais ce n’était pas le cas de Jessica. Un matin, une bagarre éclata dans un couloir du lycée. Jessica était habillée d’un jean et d’un tee-shirt, et portait une écharpe autour du cou. Natacha s’approcha d’elle.

– C’est la mienne, cria-t-elle en s’emparent du tissu.

Natacha gesticulait en la menaçant que ce n’était pas terminé.

– Tu n’as qu’à sortir si tu as envie de gueuler, lança Rayan.

– J’en ai payé la moitié, murmura Jessica, larmoyante.

Elle avait le souffle coupé. Son sac était par terre, et ses affaires étaient éparpillées partout sur le sol. La sonnerie annonça la reprise des cours, puis les murmures et la curiosité de quelques-uns se perdirent dans le long couloir au rythme de leurs pas pressés. Alors qu’elle était sur le chemin pour rejoindre sa classe, Clémence s’arrêta pour aider Jessica à ramasser ses affaires. Ce fut le début d’une amitié entre les deux jeunes filles.

Jessica tentait de reprendre le cours de sa vie, mais Natacha ne manquait aucune occasion pour l’humilier. Elle commença ses attaques sur Facebook. Comme une bête traquée, Jessica ne se sentait en sécurité ni au lycée ni chez elle. Les moqueries et les insultes pleuvaient, et les copains de Natacha avaient décidé de faire de sa vie un enfer. À toute heure de la nuit, le téléphone sonnait chez ses parents mais sans personne au bout du fil. Son père ne comprenait pas, et Jessica n’osait pas parler. Elle était à cran en permanence. Elle espérait reprendre le dialogue avec Natacha pour que celle-ci la laisse tranquille, mais cette dernière était décidée à lui faire comprendre que l’on ne pouvait pas se moquer d’elle. Jessica était épuisée. Venir en cours et affronter Natacha et sa bande lui devenait insurmontable.

Ce jour-là, à la cantine, Clémence discutait avec Jessica. Ce fut la dernière fois qu’on vit la jeune fille à la peau mate et aux yeux gris.
Les vacances commençaient le vendredi soir, et le samedi après-midi, Natacha rassembla ses copains en les invitant à se présenter chez Jessica. Après qu’ils eurent sonné, le père de famille répondit à l’interphone, puis prévint sa fille que ses amis l’attendaient en bas de l’immeuble. Jessica quitta sa chambre, mais désemparée, elle y retourna aussitôt. Quelques minutes plus tard, elle se jeta par la fenêtre. Les pompiers se hâtèrent d’arriver sur place, en vain.
Les mots manquaient au père de Jessica. Il ne comprenait pas, tenaillé par un sentiment d’incompréhension et de regret. Après la mort de son épouse, Jessica lui avait rappelé le parfum du bonheur et la promesse d’un bel avenir. Plus tard, il dit que le temps était incapable de refermer sa blessure.

La nouvelle diffusée dans le journal régional fit très vite le tour de la ville. Les élèves revinrent au lycée pour y déposer une fleur. C’était l’incompréhension !

Au retour des vacances, une cérémonie fut organisée au lycée en souvenir de la jeune fille. Des élèves prirent la parole. Pâle, Clémence semblait calme. Elle prit son cahier et déclama :

« Quand j’étais enfant, ma grand-mère me disait : “Les garçons naissent dans les choux et les filles dans les roses.” Moi, j’imaginais la vie telle une fontaine. Une eau limpide qui sortait de la terre en rêvant peut-être de rejoindre la rivière, puis de partir vers la mer pour faire finalement partie de l’océan. Rien ne manque à la valeur de la fontaine, si elle ne rejoint pas l’océan. Elle enrichit ce qui l’entoure. Alors, je suis heureuse d’avoir croisé le chemin de Jessica. Ces dernières semaines, on discutait ensemble. En cours de mathématiques avec M. Virva, que je salue, on se lamentait sur notre sort, et on finissait par rigoler. Aujourd’hui, j’avoue que je ne sais pas où j’en suis. Là, j’ai envie d’être un oiseau pour prendre mon envol, traverser la terre au-dessus des fontaines, des arbres et des rivières pour aller jusqu’à l’océan, en espérant que son immensité pourra soulager mon cœur. Aujourd’hui, je dis à Jessica que les souvenirs des moments que nous avons passés ensemble sont gravés dans mon cœur. »

Les élèves se succédèrent. Laly et Sam furent les derniers à s’exprimer. Ils commencèrent en disant « en souvenir de Jessica » avant de continuer :

Quand avons-nous égaré notre âme,

Sans nous en apercevoir ?

Quand avons-nous pris une couleur sauvage,

Sans douter de nous un seul instant ?

Où sont allés les mots tendres de notre enfance,

Les conseils avisés de nos parents ?

Qu’est devenue l’école de notre enfance,

Cet endroit au grand espoir ?

Quand reviendra l’heure des rires et de l’insouciance ?

Que signifiait l’éducation, rayée sur la page de notre existence ?

Les élèves ne s’attardèrent pas, et rentrèrent rapidement chez eux. Théo salua ses copains et précipita le pas. En sortant du lycée, il croisa Clémence.

– Ça va ? demanda-t-il.

– Ça va, murmura-t-elle. À plus tard.

– Oui. À plus tard, répondit Théo, qui se dépêcha de rentrer chez lui.

Fin

Firouzeh EPHREME

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.