ECRIVAIN PUBLIC BIOGRAPHE - PAROLES D’HOMMES ET DE FEMMES

Accueil > MEMOIRES CROISÉES : La Mémoire source de lien social > Associations et Partenaires > Réseaux - anniversaires - commémorations > LES ASSYROS-CHALDÉENS > Assyros - Chaldéens : une racine de nos histoires communes

Union des Assyro-Chaldéens de France

Assyros - Chaldéens : une racine de nos histoires communes

On parle encore Araméen en France... pour combien de temps ?

dimanche 17 mai 2009, par Frederic Praud

nous remercions la communauté Assyro-Chaldéenne qui participe aux témoignages dans les établissements scolaires en la personne de Nisan Doman.

Association U.A.C.F « Union des Assyro-Chaldéens de France » a été fondée le 5 janvier 1996 par le comité sur la présidence de Mr DOMAN Nisan fondateur de l’association de la Loi 1901 dans le but d’assurer la pérennité et le développement de la culture assyro-chaldéenne au sein de la communauté des Assyro-chaldéens de France, de favoriser le maintien de son identité culturelle en même temps que l’intégration de ses membres dans la vie sociale française.

L’association a en outre pour objet d’apporter toute aide et tout secours à ses membres, notamment par voie d’aide en nature ou par organisation de services sociaux au bénéfice de ses membres.

Dans le cadre de son double objet, l’association pourra notamment :
• Acquérir tous biens, immeubles et meubles nécessaires à la réalisation de son objet et en particulier tous locaux destinés à accueillir les réunions des membres.
• Organiser toute manifestation en vue de promouvoir la culture assyro-chaldéenne.
• Organiser toute œuvre de bienfaisance et service à caractère social, notamment dans le domaine du logement, de la nourriture, de la famille, de la santé, de l’éducation et de l’enseignement.
• Mettre au point toute opération de quelque nature qu’elle soit, juridique, économique et financière, civile et commerciale se rattachant aux buts indiquées ci-dessus ou a tout autre but similaire ou annexe, de nature à favoriser directement ou indirectement l’objet de l’association.

L’association n’a aucune tendance politique ou religieuse et ne peut être influencée par un mouvement provenant de l’une des deux sources précédemment citées qui nuirait à son premier but.

Les Assyro-Chaldéens sont un peuple de l’ancienne Mésopotamie et Babylonie chassées de leur territoire par les différents gouvernements et ethnies (turques, kurdes et arabes). Le peuple assyro-Chaldéen est un peuple sans nation dispersé dans le monde entier.

Depuis la création de l’Association qui est en dynamisme constante par ses activités diverses et variés (Football, Folklore, cours de soutiens scolaires, cours d’Araméen, Accueil des personnes, Accompagnements social…). En contacts permanents avec la municipalité, le département et les différents ministères, organisation ONG et bien d’autres pour diriger et intégrer le peuple Assyro-Chaldéen parmi le peuple Français. A savoir que le peuple Assyro- Chaldéen est allé sans retour sur ses terres d’origines. Par ces raisons, l’association à une tâche importante pour les démarches de ses compatriotes notamment la naturalisation (85% des Assyro- Chaldéens ont obtenus la nationalité Française.


Vous trouverez dans ce site associatif certains éléments indispensables pour comprendre le parcours de ce peuple qui se retrouve aujourd’hui massivement installé en Région Parisienne.

http://www.uacf.asso.fr/

L’histoire du peuple Assyro-chaldéen et de L’Eglise Chaldéenne.
I Les Assyriens
II Les Araméens
Un peuple
Une langue

III La Mésopotamie
Sumériens
Epoque des anciennes dynasties
IV Hammourabi : le Ier empire Babylonien
V La Babylonie Kassite VI Le renouveau Assyrien débute au XIVè s. av. J-C.
VII La poussée Araméenne
VIII La période néo-assyrienne (IXè VIIè av. J-C.)
La conjoncture extérieure
La chute de l’empire
IX L’héritage de la Mésopotamie
X Le génocide assyro-chaldéo-arménien
de 1915

- L’association Union des Assyro-Chaldéen de France vient en aide aux personnes qui rencontrent des difficultés en français et ainsi faciliter leurs démarches administratives.

- Communication et média, Forum, Livre d’Or, Radio, Actualités, Contact, Newsletter

- Galeries Photos, Sorties / Voyage, Théâtre, Football : CSAC (Club Sportif des Assyro Chaldéens de France) Saison 2005-2006

Association Union des Assyro Chaldéens de France - Centre Commercial N°2 Bld Maurice Ravel - 95200 SARCELLES
Tél. : 01.39.93.92.11 - Fax : 01.34.45.56.34 -
Mail : contact@uacf.asso.fr


« 89 ans déjà, le génocide assyro-chaldéo-arménien de 1915 »
Par Joseph Alichoran*

Le génocide arméno-assyro-chaldéen se déroula à la même époque et dans le même espace géographique (Anatolie orientale et Azebaïdjan persan). Les massacres des Assyro-Chaldéens, semblables à ceux des Arméniens, restent pour l’instant ignorés et les victimes oubliées (250.000 sur une population estimée à 400.000). Débutés à différentes époques (fin et début 1915), les persécutions, déportations et massacres se généralisèrent après le 10 mai 1915, date de l’entrée en guerre des achirets (tribus autonomes assyro-chaldéennes des monts Hakkâri) contre le pouvoir Jeune Turc. Durant tout l’été, les massacres sont quasi systématiques dans la région des plaines - plus exposées - où les populations peuvent difficilement échapper à la violence de bandes turco-kurdes-circassiennes, armées et fanatisées par le pouvoir ottoman, accomplissant son sanglant dessein. L’explosion de haine qui s’en suit frappe l’ensemble des minorités chrétiennes, exacerbée par le fanatisme et le Djihad (Guerre Sainte), contre les gaours (infidèles), surnom des chrétiens en territoire turc.

Les Arméniens et Assyro-Chaldéens sont particulièrement visés par les rafles, pogroms, assassinats individuels et massacres collectifs, qui touchent villes et campagnes sans distinction. Pour la population fanatisée, tuer le chrétien était un acte de bravoure, un devoir civique et un service rendu à Dieu et à l’Islam. D’autres facteurs pèsent lourd, entretenant cette haine implacable : les défaites des armées turques face aux Russes, sur le front du Caucase au printemps 1915. « .., Vers le mois de mai 1915, affirme le père chaldéen Joseph Naayem, Djevded-Bey, le gouverneur militaire de Van [et beau-frère d’Enver-Pacha, ministre de la Guerre - qualifié avec mépris par ses alliés allemands de "petit Napoléon" -], ayant été chassé de la ville par les troupes russes, s’enfuit vers le sud en passant la rivière Bohtan, entre à Séert avec 8000 soldats, qu’il appelait lui-même "Kassab Tabouri" (le bataillon bourreau) et donna l’ordre de massacrer tous les chrétiens de la ville et des environs. Plus de 70 villages assyro-chaldéens furent saccagés et brûlés, et les habitants avec leur prêtre et évêque [Mar Addai Scheir], passés au fil de l’épée ».

L’amalgame entre gaours Russes et chrétiens autochtones (totalement pacifiques) est savamment entretenu par les émissaires du "Comité Union et Progrès". A Diarbékir, un criminel notoire, le docteur Rechid-Bey, Vali ou Gouvemeur général, pousse au massacre des chrétiens ; Paul Béro, autre prêtre chaldéen, du diocèse de Mardine, témoin oculaire et survivant du génocide, écrit à son sujet : « Rechid a été peut-être, le plus cruel, le plus féroce et le plus sanguinaire de tous les gouverneurs qui ont trempé dans ce crime de lèse humanité. Ce n’est pas sans raison que le vilayet de Diarbékir a été appelé’ ’l’abattoir des chrétiens" de toute la Turquie. Tout le sol en a été copieusement arrosé par les flots du sang innocent...Le nombre des chrétiens du vilayet qui ont péri au milieu des souffrances les plus atroces s’élève à 200.000 dont 100.000 Arméniens et 100.000 Assyro-Chaldéens. Leurs ossements jonchent jusqu’à aujourd’hui les routes de cette sinistre province. Partout se voient les traces de cette sanglante tragédie. Sur les cimes des montagnes comme dans les creux des ravins et des vallées, à l’intérieur des antres et dans les excavations des rochers, en plein désert et au fond des puits. Le génie sanguinaire de Rechid a merveilleusement organisé les massacres. Il en fut l’âme et le promoteur. L’armée rouge portant au bras et au front le signe de la terreur, était entièrement à son service.

Les hordes circassiennes ou tartares, ses congénères, établies à Sapheh aux environs de Ras-ul-Aïn [en Syrie] circulaient partout entre Diarbékir et Mardine, taillaient en pièces les convois des déportés et se partageaient leurs dépouilles... C’est Rechid qui a porté les plus rudes coups à la nation assyro-chaldéenne, il fit largement répandre le sang de ce peuple historique si paisible, si soumis. Dans le rayon de son vilayet les florissantes communautés assyro-chaldéennes de Farkine, Bechéri, Diarbékir, Mardine, Noussaybine [Nisibe], Midyat, Djézireh [-Ibn-Omar] furent presque toutes exterminées ».

Le génocide de 1915, fut la cause de l’abandon par le peuple assyro-chaldéen de sa terre et patrie, le "Kurdistan turc". Depuis 89 ans, il été contraint de s’exiler dans différents pays du monde, ayant subi une suite d’épreuves tragiques durant tout le XXè siècle, de la Grande Guerre à la dernière guerre d’Irak du printemps 2003. Ce peuple - d’à peine un million d’âmes - tente de survivre, dans un environnement pesant, qui ne cesse d’occuper l’actualité proche orientale, malheureusement toujours aussi tragique. Le destin s’acharnait-il contre lui, le condamnant à la marginalisation et au malheur. A quand un avenir plus "normal" et serein ?

Joseph Alichoran

* Journaliste et chercheur en Histoire de la chrétienté mésopotamienne. Il prépare actuellement une étude sur le génocide assyro-chaldéen de 1915, à paraître au mois de juin 2004 aux éditions du Cerf.


Hommage à NISAN DOMAN

Je tiens à rendre hommage à cet ami cher qui est parti bien trop tôt...

http://www.leparisien.fr/sarcelles-95200/sarcelles-capitale-des-assyro-chaldeens-28-07-2008-102912.php

http://www.leparisien.fr/val-d-oise/les-assyro-chaldeens-vont-avoir-deux-centres-culturels-09-06-2007-2008104217.php

http://www.leparisien.fr/abo-faitdujour/une-des-dates-les-plus-importantes-de-l-annee-25-12-2008-353039.php

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/l-hommage-des-assyros-chaldeens-22-11-2009-720351.php

Tu es parti trop vite Nisan... mais ton oeuvre, ton travail vers les autres fera que personne ne t’oubliera...

fred

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.